GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Saudi Aramco, l'entreprise la plus rentable du monde en 2018

    media Saudi Aramco a réalisé près de trois fois plus de bénéfices qu'Apple en 2018. REUTERS/Ahmed Jadallah/File Photo

    Plus de 111 milliards de dollars de bénéfices en 2018. Le chiffre fait de la compagnie nationale saoudienne du pétrole l'entreprise la plus rentable au monde, deux fois plus que le géant de l'électronique Apple. La publication de ces résultats, une première de la part d'Aramco, vise à attirer les investisseurs quelques jours avant le lancement d'un emprunt obligataire.

    Pour les premiers résultats de son histoire, Aramco fait très fort avec, en 2018, plus de bénéfices que les cinq géants privés du pétrole réunis : ExxonMobil, Chevron, BP, Shell et Total.

    Pourtant, estime Philippe Sébille-Lopez, géopoliticien du pétrole, il faut relativiser la rentabilité du géant saoudien. « Les bénéfices de l'Aramco, dans la mesure où ces bénéfices sont directement corrélés aux prix du pétrole, il y a deux ans n'étaient que de 10 milliards de dollars, contre 111 milliards en 2018. L'Aramco a une production qui fait presque quatre fois celle de Total, mais à l'arrivée sa rentabilité est moindre à volume égal. »

    Il n'empêche que les chiffres globaux sont flatteurs au bon moment : Aramco va lancer un emprunt de 10 milliards de dollars sous forme d'obligations auprès des investisseurs. Une formule légère, aujourd'hui préférée à l'introduction en bourse.

    « Il y a deux ans, les cours du baril étaient très bas, donc l'Aramco avait besoin de beaucoup d'argent. Aujourd'hui, les cours sont remontés et donc les besoins financiers immédiats du royaume, comme de l'Aramco, sont beaucoup moins importants, analyse Philippe Sébille-Lopez. D'où la formule choisie, une formule qui est aussi beaucoup moins contraignante. »

    Cet emprunt obligataire, moins risqué juridiquement, vise pour l'instant à compléter le financement nécessaire au rachat du leader saoudien de la pétrochimie Sabic. Un moyen pour Aramco de se diversifier dans l'aval pétrolier.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.