GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Commerce: la directrice du FMI met en garde la Chine et les États-Unis

    media La directrice générale du FMI, Christine Lagarde, lors d'un point presse en marge du Forum de Paris sur la dette et le développement, le 7 mai 2019. REUTERS/Benoit Tessier

    Chinois et Américains se retrouveront en fin de semaine à Washington pour une ultime rencontre autour du différend commercial entre les deux pays. Le contexte n'est pas propice à la détente après l 'annonce de Donald Trump de relever les taxes sur plus de 200 milliards de dollars de produits chinois. La directrice du FMI, Christine Lagarde, estime que les tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis constituent une menace pour l'économie mondiale.

    À l'occasion du Forum de Paris, consacré cette année à l'endettement croissant des pays en développement, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, s'est exprimée sur les tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. « On avait l’impression que cette menace était en train de s’estomper, que les relations s’amélioraient, qu’on allait vers un accord. Nous espérons que ce sera toujours le cas. Mais, aujourd’hui, les rumeurs, les tweets et les commentaires ne sont pas très favorables »à un accord, a-t-elle déclaré.

    La résolution des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine constitue un « impératif » pour ne pas pénaliser la croissance mondiale, a-t-elle ajouté. « D’une part, [il faut une] réduction voire élimination des tensions, deuxièmement adoption d’un cadre juridique et réglementaire dans lequel les opérateurs, c’est-à-dire les entreprises qui participent au commerce international sachent dans quel cadre, à la fois tarifaire et non tarifaire, elles peuvent continuer à développer leurs activités. C’est une incertitude qu’il faut arriver à lever. Ça, c’est le premier impératif. Le deuxième, évidemment si les tensions sont apaisées, cela facilite toute une série d’autres discussions en cours, d’autres débats, notamment sur la participation d’un certain nombre de pays au financement des infrastructures qui sont nécessaires, notamment dans les pays en développement. »

    Chine et États-Unis se retrouvent jeudi et vendredi

    Le négociateur chinois Liu He se rendra jeudi 9 et vendredi 10 mai à Washington, a annoncé mardi le ministère chinois du Commerce, et ce malgré la décision unilatérale de Donald Trump de relever les tarifs douaniers sur des produits chinois représentant 200 milliards de dollars d'exportations annuelles, à compter du 10 mai.

    La presse chinoise durcit le ton

    La Chine enverra bien son vice premier-ministre aux États-Unis, cela malgré la menace de Donald Trump de doubler les droits de douane sur les produits chinois. Liu He est attendu à Washington jeudi pour le 11e round des négociations commerciales entre la première et la deuxième économie du monde. Et les médias, jusqu'alors silencieux, ont durci le ton, rapporte notre correspondant, Stéphane Lagarde.

    Sauver la face, et surtout ne pas donner l'impression de céder face aux pressions de la Maison Blanche. « Des concessions, n'y pensez même pas », fait savoir le Quotidien du Peuple sur son compte officiel WeChat. « Si les choses nous sont défavorables, peu importe la façon dont vous formulerez votre demande, nous ne reculerons pas », martèle l'organe du Parti communiste chinois. Même chose sur le compte Twitter du Global Times : « Les autorités chinoises n'ont jamais prétendu qu'un accord serait conclu (sous-entendu contrairement au président américain qui avait qualifié les pourparlers de « constructifs » avant de les trouver « trop lents » dimanche, NDLR). Si les négociations échouent, poursuit le quotidien anglophone, la Chine sera suffisamment forte pour tenir. »

    Des déclarations après un long silence des médias chinois : les références au tweet dominical de Donald Trump menaçant de relever les barrières douanières à 25% ont été censurées sur les réseaux sociaux. Cette fermeté de ton sera t-elle maintenue jeudi à Washington ? « Si la délégation chinoise présente une nouvelle proposition d'accord, nous en ferons part au président », a affirmé lundi le secrétaire américain au Trésor. Pour l'instant, le compte à rebours de la hausse des droits de douane est toujours fixé à vendredi minuit.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.