GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Dieselgate: un rapport accablant pour Renault

    media Le siège du constructeur Renault à Boulogne-Billancourt, le 24 janvier 2019. Eric Piermont/AFP

    Le groupe automobile est visé en France par une information judiciaire pour « tromperie aggravée » et cela après les révélations internationales sur le scandale du Dieselgate, en 2016, et les manipulations réalisées par certains constructeurs pour minimiser leurs émissions polluantes. La justice française, dans le cadre de son enquête sur Renault, a demandé un rapport d'expertise scientifique que le journal Le Monde a pu consulter, et qui conclut à une manipulation de la part de Renault.

    Renault a-t-il tenté de cacher les émissions réelles de dioxyde d'azote de ses véhicules diesel ? Deux modèles de voitures, la Captur et la Clio IV, ont été testés par l'Institut supérieur de l'automobile et des transports.

    Les experts de cet institut, des universitaires, concluent sans ambages à « l'existence d'une modification des dispositifs de dépollution permettant l'adaptation à la procédure d'homologation de façon différente des conditions d'utilisation réelles. »

    En clair, lorsqu'il fait chaud, lorsqu'il fait froid, ou encore dans des conditions de conduite spécifiques à la ville, bref, très souvent, les systèmes dits de « dépollution » cessent de fonctionner. S'ils marchaient aussi bien que lors des tests d'homologation, précisent les experts, ils produiraient même « moitié moins » de dioxyde d'azote, un gaz responsable notamment de nombreux cancers.

    Renault n'a pas souhaité répondre au journal Le Monde, qui a révélé les conclusions de ce rapport. Depuis le début de l'affaire, le groupe nie toute infraction et renvoie à l'interprétation des normes sur les conditions d'homologation. De tels dysfonctionnements des systèmes de dépollution pouvant être tolérés pour des questions de sécurité ou de protection du moteur.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.