GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    La rentrée des salariés d'Ascoval plombée par l'absence de British Steel

    media L'aciérie Ascoval à Saint-Saulve, dans le nord de la France (le 19 mai 2019). RFI/David Baché

    Ce lundi 20 mai, c'était la rentrée officielle des salariés d'Ascoval sous les nouvelles couleurs de British Steel, repreneur de cette aciérie du nord de la France, après quatre années d’incertitudes. Mais les récentes informations sur un risque de faillite du groupe britannique ont rendu impossibles les réjouissances.

    Avec notre envoyé spécial à Saint-Saulve, David Baché

    Il devait venir parler aux salariés pour ce premier jour de travail. Le président de British Steel, repreneur de l’usine d’Ascoval, est finalement resté à Londres pour négocier une aide financière avec le gouvernement britannique. C’est ce qu’a indiqué le groupe à RFI.

    Pas de quoi rassurer Philippe, rencontré à la sortie de l’usine d’Ascoval où il travaille depuis 39 ans. « J'ai appris ce matin qu'il était retenu apparemment en Angleterre. Encore quelque chose qui fait qu'on peut être encore un plus inquiet sur l'avenir. Même si on nous dit qu'on n'est pas concernés et que tous nos investissements vont se faire, on attend de voir. La motivation n'y est plus. On vient quand même travailler parce qu'on aime notre métier », explique Philippe.

    Bruno Ribals, en charge des achats matières chez Ascoval, veut croire que l’absence du président de British Steel, en pleine négociations, est peut-être bon signe : « Il faut qu'il négocie là-bas en Angleterre, je pense que c'est pour la bonne cause. Il y a un peu de déception parce qu'on attendait de le voir, on avait des questions à lui poser. J'espère que c'est positif pour nous. On aimerait savoir ce qu'il va faire pour assurer la pérennité du site parce que cela fait quatre ans qu'on se bat, qu'on va de désillusions en désillusions... »

    Le four de l’aciérie d’Ascoval doit être rallumé demain. Mais les salariés, qui se demandent pour combien de temps, n’ont plus la flamme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.