GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Sri Lanka: Rajapakse a été élu président avec 52,25% des voix (résultats officiels)
    • Iran: quarante arrestations lors de manifestations à Yazd contre la hausse du prix de l'essence (agence)
    • Hong Kong: un policier a été blessé à la jambe par une flèche tirée par un manifestant (forces de l'ordre)
    Economie

    Projet de fusion FCA-Renault: à l'usine de Flins, des ouvriers loin du dossier

    media Un ouvrier sur la ligne de production de l'usine Renault de Flins, le 3 février 2017. ERIC PIERMONT / AFP

    Fiat Chrysler a retiré son offre de fusion avec Renault. Un mariage qui aurait permis à la nouvelle entité de former le numéro trois de l'automobile mondial. C'est une décision politique, a dénoncé le groupe italo-américain. Pas du tout, répond le ministère de l'Économie en France, où l'État est actionnaire de Renault. Du côté des ouvriers de Renault, on suit cela de très loin, comme à l'usine de Flins.

    Avec notre envoyée spéciale,  Aabla Jounaïdi

    Il est 12h30 à Renault-Flins, près de Paris. Des ouvriers affluent vers les portiques pour prendre leur poste. En déclinant pour la plupart les interviews. La fusion avortée avec Fiat-Chrysler n'est pas exactement le sujet sur toutes les lèvres.

    Christophe travaille à l'atelier à pièces. « On n’a pas eu de retour pour l’instant, confie-t-il. On a su ça, soit-disant que Chrysler a coupé les ponts. Mais on en sait pas plus… On ne parle pas trop de ça en ce moment. Je suis dans un atelier où on a beaucoup de pièces à faire. Nous, c’est plutôt la priorité au travail. »

    « Les conséquences de leur politique, on les vit tous les jours »

    Mais alors que le projet de fusion n'est pas encore enterré, le maintien des emplois sur le site demeure le grand sujet d'inquiétude. « C’est pour de bonnes raisons qu’ils n’informent pas les salariés, parce que c’est toujours contre leurs intérêts, contre l’intérêt des travailleurs que ces calculs se font ; c’est comment les actionnaires vont s’en mettre plein les poches », estime Ali Kaya, secrétaire général de la CGT à l'usine.

    Et d'ajouter : « Et d’où ils vont sortir cet argent ? Ben, de la poche des travailleurs. Là, ils arrêtent la Clio IV sur cette usine. Conséquence : ce sont 1 000 intérimaires qui vont être mis à la porte. Et ça, personne n’en parle. Alors, les conséquences de leur politique, c’est immédiat. Nous, on les vit tous les jours. C’est des gens qui sont là pour drainer des milliards. »

    Au niveau national, le syndicat Confédération générale des travailleurs s'est félicité jeudi 6 juin de l'abandon, même provisoire, d'une opération purement financière à ses yeux, loin d'une réelle stratégie industrielle.

    ► À lire aussi : Projet de fusion FCA-Renault: le point de vue des salariés et des syndicats

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.