GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Washington sanctionne durement le secteur de la pétrochimie iranien

    media Un drapeau iranien près d'une plateforme de pétrole à Soroush dans le Golfe. REUTERS/Raheb Homavandi

    Les nouvelles sanctions sont la « preuve de la vacuité » du discours des États-Unis lorsqu'ils se disent prêts à discuter avec l'Iran, a réagi Téhéran au lendemain d'un nouveau pas de Washington dans le sens de sa politique de pression maximale sur l'Iran. Cette fois, un groupe pétrochimique, la Persian Gulf Petrochemical Industries Company (PGPIC), est visé.

    En plus de la PGPIC, présentée par les États-Unis comme le plus grand groupe pétrochimique d'Iran, une quarantaine de filiales et d'agents à l'étranger sont également sanctionnés. Les biens de ces entités aux États-Unis ou contrôlés par des Américains sont bloqués. Washington impose aussi sa décision aux sociétés étrangères. Celles qui poursuivront leur partenariat avec la PGPIC et ses filiales s'exposeront à des sanctions américaines.

    Dialogue de sourds

    Le Trésor américain explique s'en être pris à ce groupe en raison de son soutien financier apporté aux Gardiens de la Révolution, eux-mêmes sur la liste noire des États-Unis. Par ailleurs, la PGPIC représente, selon Washington, 40% de la capacité de production pétrochimique iranienne et la moitié des exportations du secteur.

    Pour Thierry Coville, chercheur à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et spécialiste de l'Iran, cette décision pourra avoir un petit impact sur l'économie iranienne, mais le plus gros choc a déjà été encaissé avec les sanctions sur le pétrole et le secteur bancaire.

    Il y a une part de communication (...) Il ne reste honnêtement plus beaucoup de secteurs à sanctionner.

    Thierry Coville, chercheur à l'IRIS, revient sur les dernières sanctions américaines contre l'Iran 08/06/2019 - par Pauline Gleize Écouter

    Le moment choisi peut surprendre. « Nous parlerons » avec l'Iran avait assuré Donald Trump, la veille. Or, Téhéran conditionne toute négociation avec les États-Unis à la levée des sanctions.

    A (ré)écouter : Tensions maximales entre les États-Unis et l'Iran

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.