GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Afrique

    Les États-Unis souhaitent investir plus dans le secteur privé africain

    media Karen Dunn représentera le gouvernement américain au sommet Afrique-États-Unis qui commence ce 18 juin à Maputo (image d'illustration). AFP Photos/Getty Images/Phillip Faraone

    L’Amérique va tenter de se réconcilier avec ce que Donald Trump appelait les « shit-hole countries » durant trois jours à Maputo. Chefs d’État, dirigeants d’entreprises, décideurs et experts seront attendus à ce 12e sommet Afrique-États-Unis s’ouvre ce mardi 18 juin dans la capitale mozambicaine.

    Onze chefs d’État, principalement venus d’Afrique de l’Est et d’Afrique australe ont fait le déplacement à Maputo. Ils sont accompagnés de centaines de dirigeants d’entreprises, de responsables d’institutions et d’experts en tout genre, mais ils ne verront pas Donald Trump.

    Nouvelle stratégie américaine en Afrique

    Le président américain sera représenté par la sous-secrétaire aux affaires économiques, Karen Dunn. Une absence qui fait tache alors qu’en décembre dernier Washington dévoilait sa stratégie pour contrer l’influence de la Chine en Afrique.

    Washington cède en effet aux grandes messes continentales, devenues une forme de tradition pour les grandes puissances. Le gouvernement américain espère contrebalancer l’influence croissante de Pékin et de Moscou sur le continent. Les États-Unis très critiques envers une politique chinoise qu’ils qualifient de « diplomatie de la dette » ont réformé leurs outils d’influence. Ils ont mis sur pied une nouvelle société de financement, l’USIDFC qui va notamment englober l’OPIC, l’outil de financement américain pour le secteur privé africain.

    ►À lire aussi : Décryptage - Relations Chine / Afrique : qui gagne quoi ?

    L’USIDFC devrait pouvoir mobiliser 60 milliards de dollars pour les pays en voie de développement, dont une part substantielle pour l’Afrique. L’Amérique qui reste toujours l’un des principaux investisseurs sur le continent entend tout miser sur le secteur privé. A contrario, l’aide au développement bilatérale va diminuer ainsi que la participation américaine aux missions de maintien de la paix de l’ONU.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.