GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Economie

    Guerre commerciale États-Unis-Chine: la riposte des entreprises américaines

    media Harley-Davidson va produire une petite moto en Chine. REUTERS/Sara Stathas/File Photo

    À deux jours de l’ouverture du G20, l’industrie américaine retient son souffle. Du géant de la distribution Walmart à Nike et Adidas en passant par les motos Harley Davidson, ils sont nombreux à s’inquiéter de l’escalade des taxes entre la Chine et les États-Unis. Petit tour d’horizon des voix qui s’élèvent depuis le début de la guerre commerciale.

    Le 25 juin, le géant de la logistique américaine FedEx a attaqué en justice l’administration américaine. C’est la dernière action forte d’un acteur de l’économie américaine mécontent de la guerre commerciale que mène Donald Trump. Cette action en justice intervient un petit mois après que l’entreprise se soit retrouvée dans les feux médiatiques. Fin mai, en riposte aux attaques contre Huawei, la Chine a en effet accusé FedEx d'avoir détourné vers les États-Unis quatre de ses colis destinés au siège de l’entreprise en Chine. Depuis, l’entreprise américaine est menacée d’être sur la liste noire chinoise des entreprises « non fiables », mais elle doit aussi faire face aux injonctions américaines d'interdiction d'exportation.

    Prise en tenaille, l’entreprise de transport international refuse de devenir malgré elle un protagoniste de cette guerre commerciale et d’être tenue pour responsable de colis dont elle ignore le contenu et qui pourraient potentiellement violer l’interdiction d’exporter vers certains groupes chinois. Via un communiqué, FedEx assure que c’est une tâche impossible que de « contrôler le contenu de millions de colis ».

    Harley-Davidson passe à l’action et se tourne vers la Chine

    Harley-Davidson, le nom de la marque évoque à lui seul les États-Unis, la réussite commerciale et l’« american way of life ». Pourtant, le fabricant centenaire de motos est désormais lui aussi dans le collimateur de Donald Trump. Depuis que le chef de la Maison Blanche a décidé une hausse tous azimuts des barrières douanières, les motos sont au premier plan et font figure de symbole malheureux.

    Après la première vague de hausse des taxes sur l’acier et l’aluminium en mars 2018, la Chine a répliqué et a taxé en août dernier les motos préférées des bikers à hauteur de 25%. L’Europe a fait encore plus fort avec une taxation à hauteur de 31%. Face à ces taux à deux chiffres, le constructeur de moto de Milwaukee (dont la production est en baisse) a décidé de délocaliser une partie de sa production en Asie, et de fermer son usine de Kansas City. Depuis lors, le torchon brûle entre Donald Trump et Harley. Comme il en a l'habitude, c'est par une série de tweets que Donald Trump a réagi à ses décisions :  « Beaucoup de propriétaires de Harley se préparent à boycotter la marque s'ils délocalisent. Super ! » « Une Harley-Davidson ne devrait jamais être construite dans un autre pays, jamais ! ».

    Près d’un an plus tard, et alors que la guerre commerciale semble loin de s'apaiser, le constructeur intensifie son mouvement vers l’Asie, un marché prometteur avec une hausse de 28% de ses ventes en Chine en un an. C’est donc une nouvelle petite cylindrée qui sortira des usines chinoises à partir de 2020, une façon pour Harley de cibler l’élite chinoise, mais aussi une clientèle plus modeste, et de titiller encore une fois au passage l’ego de Donald Trump, qui s’était autoproclamé dans un tweet « tariff man », « supertaxe ».

    Adidas, Nike et consorts prennent leur plume

    « Si les Américains pensaient avec leurs pieds, ils seraient opposés à la guerre commerciale »:  voici le message que les industriels de la chaussure ont adressé au président Trump via une lettre signée par plus de 180 fabricants parmi lesquels Nike, Adidas et Puma. 62 % des baskets et chaussures américaines sont en effet fabriqués en Chine et une hausse de 25% de la taxation des produits manufacturés chinois aurait dès lors un impact direct sur les Américains. Selon la Footwear Distributors and Retailers of America, les taxes que devaient payer les consommateurs pourraient s'élever à 7 milliards de dollars supplémentaires. Pour exemple, une paire de baskets en toile verrait son prix passer de 49,99 dollars à 65,57 dollars.

    La grande distribution médiatise la question

    C’est Walmart, le premier employeur du secteur privé américain qui s’est lancé avec certains de ses concurrents et six cents autres sociétés américaines de l’agroalimentaire, et de la technologie notamment, dans une campagne nationale intitulée « Tariffs Hurt the Heartland », « les taxes affaiblissent la patrie ». Une campagne qui prend position dans la bataille des chiffres.

    Appuyés par une étude du cabinet de consultants Trade Partnership, ces groupes assurent que les consommateurs américains deviendront les premières victimes de la guerre commerciale. D'après eux, plus de deux millions d’emplois américains disparaîtraient si les droits de douane supplémentaires de 25% sur 300 milliards de produits chinois étaient appliqués, et c’est un point du PIB américain qui partirait du même coup.

    Avec ces chiffres percutants, l’impact possible État par État, mais aussi le calcul du coût par foyer moyen ( 2 400 dollars par an pour une famille de quatre ), ce groupe d’industriels espère gagner la bataille de l’opinion. Il rappelle aussi au président Trump qui rêve d’un essor du « Made in America » qu’il est souvent impossible de rapatrier rapidement des usines de manufactures chinoises vers les États-Unis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.