GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 25 Octobre
Samedi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    France: Delevoye fixe l’«âge d’équilibre» à 64 ans pour le départ à la retraite

    media Jean-Paul Delevoye (d) remet le rapport de sa commission sur la réforme des retraites au Premier ministre français, Edouard Philippe à l'hôtel Matignon, à Paris, le 18 juillet 2019. Kenzo TRIBOUILLARD / AFP

    En France, Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire à la réforme des retraites, vient de dévoiler ce jeudi 18 juillet les grandes lignes de son projet aux partenaires sociaux, puis au Premier ministre. Ses préconisations vont servir de base à la future réforme des retraites qui sera présentée en Conseil des ministres à l’automne. Quelles sont les grandes lignes de ce nouveau système universel ?

    Un système en points

    Dans ce futur système par points, chaque euro cotisé ouvrira les mêmes droits, pour chaque actif. Les régimes spéciaux, les salariés du public et du privé, les indépendants, basculeront, tous, en 2025 dans un même système par points.

    La future retraite à points sera calculée, tout au long de la carrière, et non plus sur les meilleures années.

    Âge de départ à la retraite

    Certes, l’âge minimum légal ne devrait pas bouger, il est fixé à 62 ans. Mais le haut-commissaire préconise que l'« âge d'équilibre » soit fixé à 64 ans. En dessous de 64 ans, une décote sera appliquée. Au-dessus, une surcote, pour inciter à travailler plus.

    Le départ à la retraite à taux plein devient ainsi « le même pour tous », alors qu'aujourd'hui il est compris entre 62 et 67 ans en fonction de la durée travaillée. Et cet âge devra évoluer « comme l'espérance de vie ».

    Ceux qui partiront avant cet âge pivot, vivement contesté par plusieurs syndicats, verront le rendement de leur retraite diminuer de 5% par année d'écart, quand ceux qui prolongeront leur activité bénéficieront d'un rendement majoré de 5% par an.

    Minimum retraite et droit familiaux

    Parmi ses autres préconisations, Jean-Paul Delevoye propose un minimum de retraite égal à 85% du Smic net, contre 81% pour les salariés et 75% pour les agriculteurs actuellement.

    Les pensions de réversion sont maintenues, pour les mariés et les divorcés, mais inaccessibles pour les pacsés. Les pensions devront leur assurer 70% du total des retraites perçues par le couple.

    Enfin, les bonifications pour les parents sont maintenues et étendues aux aidants familiaux. Les droits à la retraite seront majorés de 5% par enfant dès la première naissance, contre 10% actuellement pour les parents de trois enfants et plus. Cette majoration sera attribuée par défaut à la mère ou être partagée entre les deux parents.

    Pénibilité

    Un départ à la retraite « anticipé » restera possible pour les assurés aux carrières longues, métiers pénibles ou « les militaires et fonctionnaires ayant des fonctions dangereuses ».

    Transition

    Ce régime universel devrait entrer en vigueur en 2025 à partir de la génération 1963. Il remplacera les 42 régimes de retraite actuels, actant la disparition des régimes spéciaux.

    Le rapport Delevoye devrait servir de base au projet de loi sur les retraites, maintes fois repoussé.

    Colère de Force ouvrière

    Les préconisations du haut-commissaire ont reçu un accueil mitigé des partenaires sociaux. L’âge de départ repoussé à 64 ans, notamment, a suscité la colère d'Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière.

    On est absolument en désaccord. […] On voit bien que les 62 ans ne sont plus l’âge de la retraite comme on le croyait ou comme le pensait aujourd’hui.

    Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière (FO). 18/07/2019 - par Patricia Lecompte Écouter

    Satisfaction du côté des agriculteurs

    Cette future réforme construite sur un système universel par points est très attendue par le monde agricole où les retraites sont excessivement basses.

    La situation du monde agricole est un peu particulière avec une démographie très importante. Aujourd’hui, on a plus de deux retraités par actif et on est quand même dans des retraites de misères dans le monde agricole. […] On a été très moteur dans cette réforme des retraites. Aujourd’hui avoir un peu plus d’égalité et de transversalité nous va très bien de ce côté-là.

    Robert Verger, membre de la FNSEA, le syndicat des agriculteurs 18/07/2019 - par Patricia Lecompte Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.