GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Afrique

    Victoire procédurale du groupe Bolloré dans l’affaire des marchés africains

    media Vincent Bolloré (image d'illustration). Eric PIERMONT / AFP

    C'est une victoire pour Bolloré devant la justice française. Comme le révèle le magazine français Le Point, la cour d'appel de Paris a reconnu la prescription des faits de « corruption » et de « faux et usage de faux » en Guinée, faits pour lesquels Bolloré et son groupe étaient inculpés. En revanche, le milliardaire français reste inculpé pour abus de confiance dans ce même dossier guinéen, et pour le deuxième volet de l'enquête qui concerne des accusations similaires dans le dossier togolais.

    Fin 2018, les juges français mettent en examen Vincent Bolloré et sa société. Ils soupçonnent l'homme d'affaires d'avoir mis au service d'Alpha Condé et de Faure Gnassingbé sa société de conseil Havas, pour les aider à gagner leurs élections. En échange de quoi, pensent les juges, l'industriel breton a obtenu des marchés.

    En effet, une filiale du groupe Bolloré, décroche la gestion du port de Conakry fin 2010, après l'élection d'Alpha Condé, ainsi qu'une concession au port de Lomé la même année, juste avant la réélection de Faure Gnassingbé. Au passage, Havas, appelée alors Euro RSCG, est soupçonné d'avoir sciemment sous-facturé ses prestations.

    Habilement, les avocats de Bolloré invoquent la prescription. Et le 27 juin dernier, la cour d'appel leur donne partiellement raison, se basant sur un point de droit stipulant que la prescription commence au moment où l'infraction a pu être constatée.

    Les faits reprochés à Bolloré sont prescrits dans le dossier guinéen, mais ils ne le sont pas dans le dossier togolais pour lequel ils ont été découverts et documentés en 2015. Cependant, même dans le dossier guinéen, Bolloré n'est pas totalement sorti d'affaire. Il reste inculpé d'abus de confiance.

    Selon les documents découverts par les juges, c'est bien la société portuaire de Bolloré, et non l'agence de communication, qui a payé l'impression du livre d'Alpha Condé publié pour sa campagne présidentielle de 2010.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.