GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    États-Unis: l’inversion de la courbe des taux fait craindre une récession

    media La Bourse de New York, à Wall Street. © RFI/Ariane Gaffuri

    En raison de la guerre commerciale qui s'aggrave entre les États-Unis et la Chine, les risques de récession mondiale augmentent. Ils sont aggravés en outre par la peur d'un Brexit dur, par les premiers signes de récession en Europe et par la crise politique en Italie qui fragilise l'euro. Tous ces facteurs provoquent une situation aberrante dite d'inversion de la courbe des taux. Les États-Unis constatent ce phénomène ce mercredi 14 août avec des taux d'intérêt à 2 ans plus hauts que des taux à 10 ans. Le retour de ce phénomène souvent annonciateur de récession crée un cercle vicieux de pessimisme.

    Avec notre correspondant à Washington,  Pierre-Yves Dugua

    Une courbe normale de taux d'intérêt reflète le désir normal des épargnants de percevoir davantage lorsque leur épargne couvre une longue période que lorsqu'elle est engagée pour seulement quelques mois.

    Lorsque la courbe s'inverse, c'est le reflet d'un pessimisme extrême qui fait que les investisseurs acceptent d’être très peu rémunérés à moyen et long terme, car ils sont convaincus qu'à moyen et long terme une récession dure va sévir.

    Depuis cinquante ans aux États-Unis, à chaque fois que les taux à 2 ans ont dépassé les taux à 10 ans, quelques mois plus tard, une récession s'est déclenchée.

    Le retour de ce phénomène fait peur non pas parce qu'il provoque une récession, mais parce qu'il reflète un pessimisme tel qu'il engendre régulièrement une récession.

    Pour se rassurer, certains avancent que l'anomalie reflète aussi, au moins en partie, la politique de banques centrales en Europe et au Japon où des taux négatifs poussent les investisseurs vers les obligations américaines, ce qui en fait chuter les rendements.

    À lire aussi : Trump exige que la Fed réduise les taux «plus vite et plus fort»

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.