GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    France

    Aigle Azur: espoir de rachat ce lundi pour un nouvel envol

    media Un A320 de la compagnie Aigle Azur atterrit à l'aéroport d'Orly le 6 septembre 2019. REUTERS/Benoit Tessier

    Le tribunal de commerce d'Evry doit examiner ce lundi 23 septembre les offres de rachat d'Aigle Azur. La compagnie aérienne française, qui dessert principalement l'Algérie mais également l'Afrique de l'Ouest ou encore le Brésil, est en cessation de paiement. Elle a été placée en liquidation judiciaire au début du mois, et ses vols ont été interrompus du jour au lendemain.

    Les salariés d’Aigle Azur attendent dans l'anxiété de savoir par qui, et dans quelles conditions, leur compagnie pourrait être rachetée. Après le retrait surprise d'Air France et du groupe Dubreuil, la semaine dernière, il ne reste plus que quatre offres sur la table.

    La première est celle de deux anciens dirigeants d'Air France, Lionel Guérin et Philippe Micouleau, qui envisagent de reprendre « la totalité du fonds de commerce » d'Aigle Azur, et près de 800 des 1 150 salariés, à la fois en France et en Algérie. La société Lu Azur de Gérard Houa, déjà actionnaire d'Aigle Azur, propose quant à elle de reprendre 90% de la flotte actuelle et un peu plus de 80% des salariés.

    La compagnie espagnole à bas coût Vueling est aussi sur les rangs, mais ce sont essentiellement les slots, les créneaux horaires dont Aigle Azur bénéficie dans l'aéroport de Paris-Orly, qui l'intéresse. Enfin, une quatrième offre existe, au sujet de laquelle rien n'a filtré.

    Le tribunal de commerce d'Evry, qui doit examiner ces propositions, a fait de la sauvegarde des emplois sa priorité. Tout comme l'État français, qui devrait soutenir financièrement les offres de reprise, à condition que le projet industriel retenu soit jugé suffisamment solide.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.