GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Economie

    Les groupes Thales et Verint publient un «Who's who» du cybercrime

    media Selon les experts, un groupe de hackers sur deux serait soutenu par un État. REUTERS/Kacper Pempel/Illustration/File Photo

    Les groupes industriels français Thales et israélien Verint ont publié ce lundi 7 octobre un annuaire mondial des groupes de pirates informatiques les plus menaçants. Les hackers chinois et russes y tiennent le haut du pavé.

    Parmi les dix groupes les plus dangereux répertoriés dans l'annuaire publié par les groupes Thales et Verint, quatre sont russes et trois chinois. Une cybercriminalité essentiellement étatique : un groupe sur deux serait soutenu par un État.

    Les experts relèvent que les Russes et les Chinois semblent parfois « faire exprès de se faire connaître, pour afficher leur niveau de compétence ». L'essentiel des actions est mené à des fins de cyberespionnages, de déstabilisation politique, ou encore de sabotage. Seuls 20 % des cybercriminels seraient motivés par l'appât du gain.

    On trouve également au sein de cette cyberélite un groupe iranien, un autre vietnamien et un français, baptisé ATK08. L'étude laisse penser qu'il est sans doute lié à l'État français. Le groupe ATK, encore appelé Animal Farm, est d'ailleurs connu pour ses logiciels malveillants de haute qualité. Le ministère des Armées a fait du cyber l'une de ses priorités, et depuis un an les cybercombattants français sont autorisés à mener des actions offensives.

    À lire aussi : Cyber-guerre: la France montre les muscles

    En revanche les groupes américains font preuve d'une grande discrétion. Le rapport indique seulement que très peu d'informations ont pu être collectées.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.