GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Corée du Nord: «test très important» sur la base de lancement de Sohae (KCNA)
    Economie

    Les chantiers qui attendent Christine Lagarde, la nouvelle présidente de la BCE

    media Christine Lagarde, nouvelle présidente de la Banque centrale européenne, à Bruxelles, le 4 septembre 2019. REUTERS/Francois Lenoir

    Après huit années à la tête de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi passe la main cette semaine à Christine Lagarde. Une cérémonie a lieu ce lundi après-midi 28 octobre à Francfort avant une prise de fonction officielle le 1er novembre. Les défis qui attendent la nouvelle présidente de la BCE sont nombreux.

    Voilà plusieurs mois que la croissance fait grise mine dans la Zone euro, même en Allemagne où l'automobile souffre des tensions commerciales, des incertitudes du Brexit et des récents scandales du secteur. Le retour d’une récession n'est plus à écarter tout à fait.

    Christine Lagarde a déjà annoncé qu'elle marcherait dans les pas de Mario Draghi et sa politique de rachat massif de dettes afin de stimuler à nouveau l'économie. Elle s'attirera alors forcément les foudres de ceux qui ont fustigé cette politique d'argent facile, et d'abord les banquiers centraux allemand et néerlandais.

    À écouter et lire aussi : Le président de la BCE Mario Draghi s'en va

    Justement, l'Allemagne, c'est elle qu'il faudra convaincre de consacrer ses très imposantes réserves budgétaires pour soutenir l'activité. Mario Draghi n'y est jamais parvenu.

    Christine Lagarde devra aussi user de tout son sens du dialogue et de la diplomatie pour des chantiers de tailles. À commencer par celui de l'union bancaire qui doit être parachevé pour renforcer la solidarité européenne en cas de crise financière. Là encore, l'Allemagne s'y oppose.

    Il faudra se donner les moyens également d'affronter les défis écologiques et ceux que posent les cryptomonnaies à la stabilité et à la souveraineté des États.

    À écouter et lire aussi : Pourquoi le futur gouverneur de la BCE aura un rôle stratégique

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.