GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 19 Juillet
Mercredi 20 Juillet
Jeudi 21 Juillet
Vendredi 22 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Hommage à Lobi Traoré

      Le 1er juin 2010, nous apprenions avec stupeur la disparition, à seulement 49 ans, du chanteur et guitariste malien Lobi Traoré. Comme son illustre prédécesseur, Ali Farka Touré, il avait choisi la voie du Blues pour exprimer ses tourments et sa mélancolie. Ce qu’il appelait le « Bambara Blues » s’inscrivait dans « L’épopée des Musiques Noires » avec une force narrative peu commune.

      En juin 2004, il était venu à Paris nous présenter « Mali Blue », une sélection de ses œuvres passées, et avait accepté de nous conter sa destinée. L’histoire d’un jeune musicien téméraire qui n’imaginait sûrement pas briller sur les scènes internationales, et enthousiasmer les publics canadiens, allemands, hollandais, suisses, belges ou français.

      Bien qu’il n’ait jamais fermement reconnu l’influence de John Lee Hooker sur son jeu, sa musicalité rappelait parfois les accents Blues du Mississippi… Mais n’avait-il pas en lui, dès l’origine, les racines ancestrales de l’âme noire ?

      S’il avait suscité plus d’écoute et de considération, Lobi Traoré aurait sans doute aujourd’hui les honneurs des grands instrumentistes de notre temps.

      C’est la raison pour laquelle, nous avons choisi, cette semaine, de saluer la mémoire de cet artiste authentique profondément attaché à sa culture.

      Du « Bozo Bar » de Bamako au « New Morning » de Paris, Lobi Traoré aura fièrement défendu le patrimoine sonore de ses aînés, son départ précipité vers le bleu des cieux nous incitera peut-être à lui porter plus d’attention et à lui manifester notre gratitude tant que sa musique nous fera frissonner !

      http://www.mali-music.com/Cat/CatL/LobiTraore/LobiIndex.htm

      http://lobitraore.com

      • L’Afrique plurielle à Montreux

        L’Afrique plurielle à Montreux

        Depuis un demi-siècle, le Montreux Jazz Festival ouvre sa programmation aux musiques nées de la diaspora noire dans le monde. A l’occasion du 50ème …

      • Africa Jazz

        Africa Jazz

        Bien que cette réalité soit désormais admise et reconnue, il est toujours bon de rappeler que le jazz est né d’une rencontre fortuite …

      • 50 ans de Jazz à Montreux!

        50 ans de Jazz à Montreux!

        Depuis la disparition, en janvier 2013, de Claude Nobs, fondateur du Montreux Jazz Festival, c'est Mathieu Jaton qui veille aux destinées de ce rendez-vous culturel …

      • Branford Marsalis

        Branford Marsalis

        Bien qu'il se soit illustré dans des contextes sonores bien différents, le saxophoniste américain Branford Marsalis n'avait jamais fait appel à …

      • A Cuba avec Bona !

        A Cuba avec Bona !

        En 2006, Richard Bona s'était plongé dans l'univers afro-latin, en se rendant à Rio de Janeiro au Brésil, pour réaliser son album «Tiki». …

      • Ella Fitzgerald

        Ella Fitzgerald

        Nous sommes le 8 mai 1957 à l'Olympia à Paris, une reine de l'art vocal enthousiasme les amateurs de jazz grâce à sa maîtrise du scat …

      • Martha High perpétue la tradition...

        Martha High perpétue la tradition...

        Quand la chanteuse Martha High intégra l'orchestre de James Brown au milieu des années 60, elle n'imaginait sûrement pas que cette aventure durerait …

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.