GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Och, ville kirghize après les pogroms

    Cette femme ouzbèke a perdu son mari et demande justice. Les chiffres officiels parlent de 400 morts à Och, mais il faut sans doute multiplier ce chiffre par 2 ou par 3. © Mathilde Goanec

    Il y a quatre mois, dans le sud du Kirghizstan, du 10 au 13 juin 2010, la ville de Och était le théâtre de violences ethniques entre communautés kirghize et ouzbèke, de véritables pogroms qui ont visé principalement les quartiers ouzbeks de la ville et l'ont laissée à feu et à sang. Les chiffres officiels parlent de 400 morts, mais selon les organisations internationales sur place, ce bilan devrait plutôt dépasser le millier de victimes, pour la plupart ouzbèkes. Depuis juin, rien n'a été fait pour apaiser les tensions, et la communauté ouzbèke, de loin la plus touchée par les pogroms, reste montrée du doigt comme seule responsable des troubles.

    Après la bourrasque meurtrière du mois de juin 2010, la ville de Och panse ses plaies. Les barricades, qui les quartiers les uns des autres ont été démontées, et les habitants se promènent désormais librement au centre ville. Boutiques et restaurants ont rouvert leurs portes, même si, quand la nuit tombe, un couvre-feu informel replonge la ville dans le silence.

    Malgré ce retour à la normalité, le calvaire continue pour la communauté ouzbèke, principale victime de ces pogroms ethniques dont le déclenchement reste encore mal expliqué. Les quartiers détruits par le feu et les pillages ressemblent à des champs de ruines, malgré l'aide humanitaire massive. Les organisations internationales ont apporté les matériaux nécessaires à la reconstruction d'abris pour l'hiver, ainsi que des vêtements, des couvertures, le minimum vital pour survivre au quotidien.

    Mais dans ces quartiers ouzbeks, toujours très isolés du reste de la ville, l'ambiance est électrique et la détresse palpable. Beaucoup hésitent encore à se promener au centre-ville, ou à reprendre leur travail, par crainte d'attaques. Plusieurs milliers de jeunes, des familles entières parfois, ont quitté le Kirghizistan pour aller reconstruire leur vie en Russie ou au Kazakhstan. Les Ouzbeks demandent également justice pour les morts, et plaident pour que cesse la répression policière et judiciaire dont ils sont victimes depuis le début des violences. En effet, pour nombre de citoyens d'ethnie kirghize, et une partie des autorités, les Ouzbeks sont coupables d'avoir lancé les hostilités au mois de juin 2010. Une enquête internationale a d'ailleurs été mise sur pied et les enquêteurs viennent d'arriver sur le terrain. Pour que, faute de réconciliation, les habitants de Och sachent au moins qui a volontairement mis la ville à feu et à sang, en juin dernier.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.