GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 24 Mai
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une : la diplomatie française encore sur la sellette

      Les journaux reviennent à la charge ce mercredi. Michèle Alliot-Marie, la ministre des Affaires étrangères, subit toujours le feu roulant des critiques pour avoir proposé une aide policière à Ben Ali. Et ses explications le mardi 18 janvier devant les députés n’ont pas convaincu grand-monde, à commencer par Libération : «on entend bien qu’elle n’avait pas en tête de faire tirer les pandores tricolores sur la foule. Juste un maniement diplomatique du flash-ball et du Taser. (…) Il s’agissait bien, en tout cas, de voler au secours d’un tyran en perdition, affirme le journal, pour qu’il réprime mieux la juste colère du peuple et qu’il garde son poste pour continuer à se remplir les poches. Un tel aveuglement est hors du commun dans la série des bévues internationales, s’exclame Libération. (…) Il ne lui reste qu’une issue : quitter ce poste qu’elle occupe décidément avec trop de balourdise.»

      La Dépêche du Midi ne mâche pas non plus ses mots : « Ce mardi, la ministre des Affaires étrangères, qui n’est pourtant pas l’oie blanche du gouvernement, a balbutié quelques explications si peu convaincantes qu’on est abasourdi devant un tel amateurisme. Ce qui ressemble à une bourde monumentale dans la bouche de n’importe quel apprenti diplomate constitue bel et bien une provocation aux yeux du peuple tunisien.»

      Dépassée par les Américains…

      Le Canard Enchaîné en remet une couche… Le Canard Enchaîné qui cite la ministre à propos de la Tunisie: «nous sommes restés tout le temps dans un brouillard total. (…) Ce sont les Américains qui ont pris les choses en main. Les militaires américains ont parlé avec leurs homologues tunisiens, et Ben Ali a été prié de quitter, sans plus attendre, le territoire.» C’est ce qu’aurait donc affirmé Michèle Alliot-Marie en début de semaine. Commentaire du Canard : la ministre «n’a pas cherché à cacher l’impéritie de la diplomatie française. Laquelle n’a rien vu venir quant à la révolution tunisienne et la fuite en catastrophe de Ben Ali.»

      La diplomatie française sur la sellette donc… Et les commentaires dans la presse ne sont pas très glorieux. Pour La Montagne, «dans cette zone où la France a toujours imposé ses intérêts, le discrédit est total pour notre prétendue realpolitik. L’interpellation est brutale pour la politique étrangère de la France et ratifie notre perte d’influence en Afrique.»
      «Ainsi la démocratie de la rue va plus vite que la diplomatie de salon, soupire Le Midi Libre. En battant sa coulpe, le gouvernement français reconnaît implicitement que le sifflement des balles de la 'Révolution de jasmin' n’était pas parvenu jusqu’aux oreilles de Paris. C’est un aveu de faiblesse de la part des autorités françaises. (…) Et cela pose la question de notre aptitude à anticiper les mouvements démocratiques du monde arabe.»
      En effet, complète Ouest France, «sous pression, la diplomatie française va devoir redoubler d’attention pour les prochaines étapes, car c’est une phase de fortes turbulences qui s’annonce. En Tunisie et dans toute la région, tant l’écho de la fuite de Ben Ali est grand dans le monde arabe.»

      Les Français champions… de la natalité !

      Si la France a de quoi être fière de quelque chose, c’est bien de sa natalité… «Les Françaises n’ont jamais eu autant d’enfants depuis 35 ans» : c’est la Une du Figaro qui explique : «près de 830.000 enfants sont nés en France en 2010, selon les chiffres de l’Insee publiés ce mardi 18 janvier. (…) Un record depuis la fin du baby-boom.»

      «La natalité française de record en record», renchérissent Les Echos. «Plus de deux enfants en moyenne par femme, une quasi-exception en Europe, souligne le quotidien économique. (…) Cette marque de confiance dans l’avenir se retrouve aussi en partie dans une enquête de la Fondation pour l’innovation politique sur les jeunes dévoilées ce mardi, poursuit le journal. Les 16-29 ans se disent à 83% contents de leur vie personnelle et font de la fondation d’une famille leur priorité. Mais seul un quart juge la situation du pays satisfaisante.»

      Récemment, un sondage commandé par Le Parisien révélait que les Français étaient champions du monde du pessimisme… Alors, «on savait les Français remplis de paradoxes, constate L’Est Républicain. Pas au point d’être à la fois rois du pessimisme et champions de la natalité. Allez diriger un pareil peuple !»

      Les Français font des bébés : «cocorico», s’exclame Le Progrès. Et ça n’est pas incompatible avec la crise, bien au contraire… «Quand l’argent des plaisirs futiles vient à manquer, le petit bonheur simple et gratuit justement baptisé 'café du pauvre' retrouve tous ses attraits -, relève le quotidien lyonnais, et parfois un bébé en naît.» Le Progrès qui remarque aussi que «notre fameux 'modèle social français', tant décrié, est plutôt accueillant aux jeunes parents - deuxième cocorico (…) » Et Le progrès de conclure avec cet appel : «Françaises, Français : faites l’amour, pas la crise !»

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.