GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    A la Une: l'avenir incertain de l'Egypte

    AFP

    Bientôt deux semaines de contestation du pouvoir en Egypte mais son président, Hosni Moubarak, est toujours en poste. Il reste en place au terme d'une nouvelle journée de manifestation présentée comme le «vendredi du départ», or personne n’est parti…

    Moubarak toujours là, mais tellement affaibli que pour la plupart des observateurs, la période de transition a déjà commencé. Pour aboutir sur quoi ? Ça, nul ne le sait. L'impression laissée par cette fin de semaine est bien celle d'un « entre-deux » : entre les 29 années de pouvoir Moubarak et un avenir en gestation.

    Et c'est aussi le sentiment qui se dégage à la lecture de la presse du jour, à l'image du Monde pour qui «l'après-Moubarak se joue actuellement entre la place Tahrir et Washington». Alors que les responsables américains font pression pour des élections libres, «le président égyptien s'accroche au pouvoir», résume le quotidien du soir.

    Il s'accroche au pouvoir, d'où ce titre en forme de jeu de mots à la une de Libération : «Momie fait de la résistance».

    S'il s'obstine, «dans les faits la transition a peut être déjà commencé, écrit Libération : Hosni Moubarak n'apparaît plus comme le vrai détenteur du pouvoir. Celui qui parle, annonce les réformes, détaille l'agenda, lance les invitations à dialoguer, c'est Omar Souleiman.

    Si la pression devenait trop forte, ce dernier pourrait bien se voir rapidement transférer l'ensemble des pouvoirs par Moubarak qui terminerait son mandat comme président honoraire, une sorte de reine d'Angleterre au pays des pharaons».

    Voilà - en termes imagés - un scénario possible décrit dans Libération. Alexandre Adler lui, souligne dans Le Figaro le rôle décisif joué par l'armée égyptienne. A ses yeux, «la situation est en train de lui conférer un pouvoir arbitral indiscuté et tout montre qu'elle va s'en servir».

    Un pouvoir islamiste au Caire ?

    La presse s'interroge par ailleurs sur l'importance des Frères musulmans. «Peu nombreux au début de l'insurrection, ils ont gagné en légitimité et sont désormais très présents» note Libération. Les envoyés spéciaux du journal au Caire rapportent au sujet des islamistes que «peu à peu ils s'enhardissent. Ce vendredi ils sont venus en masse place Tahrir assister à la grande prière et à la manifestation appelant au départ d'Hosni Moubarak».

    Dans ces conditions faut-il craindre l'émergence d'un pouvoir d'obédience islamiste au Caire ? La question est au cœur de plusieurs éditoriaux, comme celui du quotidien L'Alsace qui affirme que «le danger que les Frères musulmans fassent main basse sur l'Egypte sera d'autant plus grand que les aspirations à la liberté seront réprimées».

    Dans Ouest France on lit que l'accession au pouvoir des Frères musulmans est actuellement l'une des trois menaces majeures qui guettent l'Egypte, avec la guerre civile et la dictature militaire.

    Autre réflexion, c'est un point de vue de l'essayiste et journaliste Caroline Fourest paru dans Le Monde : elle souligne au contraire que ce danger n'est plus vraiment d'actualité, car «nous ne sommes plus en 1979. La révolution islamiste a beaucoup déçu. Les jeunes arabes connectés à Internet ont vu les vidéos des jeunes Iraniens massacrés par les sbires d'Ahmadinejad. Ils s'identifient plus à eux ou aux jeunes Tunisiens qu'aux "barbus"».

    Bref, écrit encore Caroline Fourrest à propos des manifestants égyptiens, «aucun régime ne pourra plus ni les censurer ni les couper du monde».

    Dans la continuité de ce qui précède, c'est à dire l'onde de choc des événements en Egypte et en Tunisie, l'Algérie n'est pas épargnée. L'Algérie dont le président Bouteflika «veut désamorcer la contestation» annonce Le Figaro. Le chef de l'Etat a cherché à enrayer le mouvement de gronde populaire en annonçant plusieurs initiatives, dont la prochaine levée de l'état d'urgence et l'ouverture des médias publics à l'opposition.

    Sarkozy et les juges

    Le Figaro consacre sa Une à une initiative franco-allemande pour sauver l'euro : à l'appel d'Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy, les dirigeants concernés se retrouveront au mois de mars pour fixer de nouvelles règles.

    En France, la polémique a continué d'enfler après la mise en cause des juges et des policiers par Nicolas Sarkozy. C'est la suite du dramatique fait divers qui a coûté la vie à la jeune Laetitia dans l'ouest du pays. «Le meurtre qui devient une affaire d'Etat»: c’est le principal titre d'Aujourd'hui en France, alors que France soir pose cette question : «Les juges sont-ils intouchables ?»

    «Le grand départ» : cette fois, il est question de rugby à la une de l'Equipe, avant les débuts du XV de France dans le Tournoi des Six Nations, ce soir contre l'Ecosse.

    Enfin si je vous parle d'un remède miracle, bénéfique à tous, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes. Favorable à notre santé, il est prescrire sans modération : peut-être avez trouvé ? Il s'agit du rire, auquel La Croix consacre son dossier de une sur trois pages (très sérieux au demeurant !) où l'on apprend qu'il existe des spécialistes : des rigologues, spécialistes de rigologie…

    Prochaine émission

    À la Une: les 100 ans du maillot jaune

    À la Une: les 100 ans du maillot jaune
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.