GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 22 Janvier
Mercredi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Venezuela: des militaires appellent dans une vidéo à ne pas reconnaître le président Nicolas Maduro
    • Syrie: le groupe EI revendique une attaque ce lundi contre des forces kurdes et américaines (organe de propagande)
    • Politique française: Yannick Jadot (EELV) se déclare contre une loi «anticasseurs» (BFMTV et RMC)
    • Les transports publics nationaux seront bientôt gratuits au Luxembourg, «ce sera payé via les impôts», indique un ministre
    • Grand débat national: les Républicains fustigent les «meetings de campagne» d'Emmanuel Macron (porte-parole)
    • Attentat de Salisbury: l'Union européenne sanctionne les chefs du renseignement militaire russe (officiel)
    • Frappes en Syrie: Israël ne laissera «pas passer» les actes «d'agression» iraniens, selon Netanyahu
    • L'Union européenne (UE), sujet «tabou» du grand débat, déplore Florian Philippot sur RFI
    • Tennis-Open d'Australie: le Français Lucas Pouille s'est qualifié pour son premier quart en Grand Chelem depuis plus de deux ans
    • Afghanistan: au moins douze morts dans une attaque talibane contre un campement militaire proche de Kaboul (autorités)

    Les investisseurs étrangers en France

    Place aux entreprises étrangères implantées dans l’Hexagone. Tout comme les entreprises nationales, elles ont subi de plein fouet la dernière crise économique. Certaines ont fermé, d’autres ayant fait le tour du monde sont revenues, d’autres encore sont toujours là. Malgré la morosité ambiante, elles investissent. Leur ténacité va à l’encontre de certaines idées reçues.

    On parle souvent à l’étranger de la fameuse bureaucratie à la française, du coût salarial élevé, de l’environnement social difficile. Mais dans le même temps, on vient faire des affaires en France, car on y trouve des capacités d’embauche ad hoc et des spécialistes uniques dans leur genre. Et malgré la morosité apparente, les investisseurs étrangers se déclarent optimistes. La France a beaucoup d’atouts et quelques points faibles. Il suffit de les comprendre pour aller plus loin dans les affaires. Yvette Mathon van Loon, de TMF France donne à ses clients, futurs investisseurs, le conseil suivant : « Pendant les premiers six mois, on va vous demander des choses inimaginables, vous n’allez rien comprendre ni pourquoi, ni comment. Ce sont les démarches administratives qui demandent beaucoup d’attention. Mais une fois les six mois passés, quand tout est stabilisé : ça va très bien ! »

    Investissements étrangers à l’heure de la globalisation

    Selon l’Agence française pour les investissements internationaux (AFII), l’investissement est réputé d’origine étrangère, s’il est réalisé par une société détenue à plus de 50% par des capitaux étrangers. Pour beaucoup d’entre elles, le rôle de la filiale française au sein du groupe est primordial pour le marché auquel elle appartient. Et souvent ce marché est très vaste, il englobe l’Europe, le Moyen-Orient et même l’Afrique. La plupart de ces groupes sont de dimension internationale, tant leur développement a dépassé le pays d’origine.
    Les investissements étrangers sont soumis aux contrôles de divers organes. Ils sont régis par le droit français dans les domaines aussi divers que la fiscalité, le code du Travail ou encore la TVA. La liste des activités soumises à l’autorisation préalable est strictement définie : quatre restrictions relèvent de la Défense nationale, et sept répondent à des préoccupations d’ordre public. Le principe de liberté est défini par l’article L.151-1 du code monétaire et financier, qui énonce : « Les relations financières entre la France et l’étranger sont libres ».

    Et ça marche !

    Les Français apprécient les produits issus des entreprises étrangères. Pourquoi ? Comme aime le dire Jörn Bousselmi, directeur général de la chambre de commerce franco-allemande : « c’est parce qu’on est complémentaires ». Il n’y a pas de société idéale. Mais on peut échanger les savoir-faire, les méthodes de management, les technologies et les produits, justement issus de ces technologies. Et la richesse nationale y gagne : 42% du PIB sont rapportés à la France par les investissements étrangers. Ce chiffre est en constante progression, car il était de 35% en 2009.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.