GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 18 Décembre
Mardi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La France doit être «totalement impeccable» sur le droit d'asile, «ce qui n'est pas le cas» (Pascal Brice, directeur de l'Ofpra au JDD)
    • Philippines: vingt-six morts dans des glissements de terrain après une tempête (autorités)
    • Pakistan: au moins cinq morts dans une attaque suicide contre une église, selon les autorités
    • Aéronautique: deuxième vol réussi pour le C919, moyen-courrier rival chinois d'Airbus et Boeing (CCTV)
    • Espace: une fusée «Soyouz» s'envole vers la station spatiale internationale (ISS) avec trois astronautes à bord

    Le commerce du thé perturbé par les révoltes arabes

    Claire Fages.

    Les révoltes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient freinent les exportations de thé du Kenya et du Sri Lanka. Or, ces deux pays tirent plus d’un milliard de dollars par an du commerce du thé.

    C'est à Mombasa, au Kenya, qu'ont lieu les enchères les plus importantes au monde pour le thé noir. Les ventes y ont baissé de 7% sur les trois premiers mois de l'année, par rapport à 2010. Parmi les raisons, il y a une baisse de récolte au Kenya, du fait de la sécheresse. Mais la principale cause, soulignent les courtiers de Mombasa (Africa Tea Brokers), ce sont les troubles dans les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. L'Egypte est le premier acheteur au monde de thé noir du Kenya. L'agitation qu'a connue le pays du Nil a fait baisser les achats au premier trimestre. Depuis quelques semaines, le commerce semble reprendre : les conditionneurs égyptiens sont de retour aux enchères de Mombasa.

    Mais avec l'enlisement de la crise libyenne, c'est au tour du Sri Lanka, deuxième exportateur mondial de thé, de voir une partie de ses revenus menacés. La Libye représente 3,5% des exportations de thé Ceylan, mais c'est à 80 % du haut de gamme. Des conteneurs de thé sont bloqués dans les ports libyens, témoignent les compagnies maritimes, et le paiement également, déplorent les courtiers sri-lankais (Lanka Commodity Brokers). La même chose est en train de se produire en Syrie, autre gros importateur de thé Ceylan, mais où les violences s'aggravent.

    Le Kenya et le Sri Lanka avaient déjà dû surmonter de concert la baisse des ventes de thé à l'Iran depuis que les sanctions ont rendu les transactions financières quasi-impossibles. Maintenant ils voient le commerce du thé contrarié avec un autre client commun, le Yémen, extrêmement agité. Les deux plus grands pays exportateurs de thé au monde croisent les doigts pour que les troubles ne se propagent pas à toute la péninsule arabique, haut-lieu des importations de thé. Et ils essaient de miser davantage sur d'autres marchés, comme la Russie, ou sur des exportations à plus grande valeur ajoutée que le thé en vrac pour compenser les pertes.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.