GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une : cinglant revers pour Berlusconi

    AFP

    « Berlusconi : la gifle », s’exclament Les Echos en première page. « Le camouflet des italiens à Berlusconi », constate Le Figaro. « Nouvel avertissement pour Berlusconi », lance La Croix. « La défaite de trop pour Berlusconi ? », s’interroge Sud Ouest. Sud Ouest qui constate que « 95% des votants du référendum de ce lundi 13 juin ont rejeté trois lois, dont celle de l’immunité judiciaire du chef du gouvernement italien, encore touché mais pas forcément coulé. »

    En effet, relève Libération, sur le plan politique, « bien qu’affaibli, le Cavaliere dispose encore d’une petite majorité à la Chambre des députés, qui pourrait lui permettre de tenir jusqu’à la fin de la législature en 2013. »

    Il n’empêche, « c’est le début de sa fin politique », estime L’Alsace. « Ces défaites à répétition bouchent, sans doute définitivement, l’horizon berlusconien. Le milliardaire a déjà été lâché en 2010 par son allié Gianfranco Fini. Hier, un ténor de la Ligue du Nord, sans laquelle il ne pourrait plus gouverner, s’est dit, à son tour, fatigué de recevoir des claques à cause de lui. »

    Lâché donc par ses alliés et lâché par tout un peuple… En effet, relève La Charente Libre, « le fait nouveau est que, pour la première fois, c’est le peuple italien qui lui indique fermement la direction de la sortie. » Il faut dire, poursuit le quotidien charentais, « qu’au-delà de ses frasques Bunga Bunga et de ses magouilles financières, Berlusconi porte la responsabilité d’un désastre économique national. Pendant sa quasi-décennie au pouvoir, la croissance italienne a été une des plus faibles d’Europe, le chômage des jeunes et des femmes ont explosé tout comme la dette qui atteint 120%. Par leur vote de défiance, les Italiens signifient à Berlusconi qu’il n’est plus l’homme de la situation pour les représenter dignement et mener une politique à la hauteur des enjeux de la crise. »

    Non à l’impunité !

    Et la goutte d’eau qui a fait déborder le vase a sans doute été le référendum sur l’immunité judiciaire du chef de l’Etat… « En demandant aux électeurs de lui accorder une forme d’impunité, au moins temporaire, pour l’ensemble de son œuvre, il a sans doute poussé le bouchon trop loin, relève Paris Normandie. Les électeurs italiens n’ont pas voulu lui accorder le droit de se soustraire plus longtemps à la justice de son pays. »
    Alors, « les électeurs ont commencé le boulot. Aux juges de le terminer », s’exclame le Progrès. « Le Cavaliere n’aura ni le loisir de profiter des plages sardes et de sa luxueuse villa, ni le temps de gouverner sans le programme dont l’ont privé hier les électeurs. Abus de bien social, proxénétisme sur mineure, fraude fiscale, subornation de témoins : les prétoires vont occuper son temps de travail et ses loisirs. L’Italie a besoin d’un vrai chef de gouvernement, relève le quotidien lyonnais (…). Et avec ses pays du sud qui tanguent dangereusement, l’Europe ne peut se priver d’une Italie crédible, sérieuse et rassurante. C’est incompatible avec le populisme provocateur et prévaricateur de Berlusconi. »

    Aubry remonte…

    A la Une également : « pourquoi Aubry va gagner ? » C’est le grand titre de France Soir à propos de la patronne du PS. Un titre peut-être un peu prématuré, mais accrocheur… France Soir publie un sondage qui montre que, même si elle n’est pas encore officiellement candidate à la candidature, Martine Aubry « talonne » François Hollande dans la course aux primaires. Martine Aubry pas si bien placée que ça… pour Le Figaro qui affirme que « les socialistes s’interrogent sur son silence », et que « les candidats aux primaires ne comprennent pas les 'hésitations' de la première secrétaire. »

    « La cité où les enfants ont peur » : Le Parisien nous propose un reportage choc sur le quartier Montceleux à Sevran en Seine-Saint-Denis, 10 jours après l’appel du maire de cette ville qui demandait l’intervention des casques bleus… « A Sevran, une ville frappé par la violence », s’exclame le journal qui nous décrit le quotidien difficile des habitants de cette plaque-tournante du trafic de drogue en Ile-de-France, où les balles sifflent sous les fenêtres des habitants.

    Nouvelle griffe pour Libé

    Enfin, coup de cœur ou coup de pub… Libération célèbre à sa manière les 35 ans de création du « plus international des couturiers français », celui qui habille aussi bien Yvette Horner que Mylène Farmer ou Lady Gaga… Il s’agit bien sûr de Jean-Paul Gaultier. « Libé tout en Gaultier », titre le journal. Et en effet, pour l’occasion, le couturier a créé « une ligne inédite de vêtements de papier », avec des exemplaires du journal… et a fait défiler le personnel de Libération au fil des pages… Les prises de vue ont duré trois jours. On peut donc voir des journalistes, des maquettistes, des photographes, ou encore des personnels de la pub, de la comptabilité, ou du développement, poser dans les pages du journal, parfois en tenue assez légère, en tout cas avec des tenues estampillées « Libé »… Avec une mention particulière à la coiffe de chef sioux arborée par le directeur de la rédaction Nicolas Demorand… Hugh !

    Prochaine émission

    À la Une: le probable futur Premier ministre britannique

    À la Une: le probable futur Premier ministre britannique
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.