GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Aujourd'hui
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le café va-t-il remplacer le thé en Chine ?

    Claire Fages.

    Le  café va-t-il remplacer le thé en Chine ? La question est volontairement provocatrice, mais pas totalement dénuée de sens dans un pays ou la consommation de café augmente de 15% par an, contre 2% dans le reste du monde.

    De notre correspondant à Pékin

    Les chiffres font tourner la tête des torréfacteurs du monde entier. Dans 10 ans, le marché chinois du café devrait atteindre 1 000 milliards de yuan, près de 116 milliards d’euros selon l’Association internationale du Café à Pékin. Il faut dire que le marché est très loin d’être saturé. Les Chinois consomment en moyenne 4 verres de café par an à la campagne. Dans les grandes villes, comme Pékin ou Shanghai, on arrive tout juste à 20 petites tasses en moyenne annuelle.

    Barista néophytes
     
    Mais les signes sont là. Aussi sûr que l’économie chinoise n’a de socialiste que le nom, les goûts des Chinois se mondialisent. C’était le cas avec l’arrivée des fast food et des pizzas, c’est la même chose aujourd’hui pour le café. La 15e exposition sur l’alimentation et la restauration en est le meilleur exemple. C’est à Shanghai que ça se passe et c’est jusqu’à aujourd’hui, jeudi 17 novembre 2011. L’évènement accueille plus de 1 000 participants venus de 70 pays et la plus grande zone cette année est consacrée, devinez quoi… au café !
     
    « D’où vient le café », « comment le préparer », « comment l’apprécier », les trois sections correspondent à la Sainte Trinité du barista néophyte et témoignent de l’entrée en force des multinationales du café sur le territoire. Depuis 2005, le géant américain des gobelets en carton est présent à Badaling, la grande muraille à Pékin. Starbucks a depuis ouvert 500 filiales dans 42 villes chinoises et entend implanter 1 500 magasins d’ici à 2015. Le marché est pourtant déjà très occupé par les concurrents et notamment les Taïwanais d’UBC ou les continentaux de SPR (dont le siège se trouve à Qingdao sur la côte est). Ce jeudi encore, la ville de Hangzhou toujours sur la côte est, accueille son troisième festival du café. Les organisateurs annoncent « la plus grande dégustation au monde » avec plusieurs centaines de participants préparant en même temps le précieux breuvage.
     
    Soupe et café
     
    Ce nouvel engouement pour l’espresso, le café latté et autre mocha aux tarifs encore inaccessibles pour la majorité des consommateurs chinois, suscite évidemment l’intérêt des producteurs. Alors que toute la Chine ne jurait que par le Pu’er il y a deux ans, les prix du thé fermenté baissent. Du coup certains paysans du Yunnan ont décidé de se convertir. La province du sud-est de la Chine produisait 1 500 tonnes de café en 1988, on est passé cette année à près de 5 000 et la production devrait encore doubler dans les cinq ans selon les experts. Ce qui fait du coup penser à la Corée du Sud au début des années 2000. A l’époque sont apparues les « Doenjang yo », littéralement les « femmes doenjang » -du nom du ragout traditionnel coréen à base de pâte de soja-. Ces Coréennes préféraient alors se contenter d’une soupe bon marché au déjeuner. Un peu pour la ligne certainement, beaucoup aussi pour la nouveauté. Les économies réalisées permettant ensuite de s’offrir un café au prix d’un menu au restaurant.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.