GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    L'Indonésie crée sa taxe minière

    Une mine du géant américain Freeport-McMoRan à Sumbawa Island, en Indonésie. AFP/Sonny TUMBELAKA

    Comment tirer plus de revenus des ressources minières nationales ? L'Indonésie, deuxième exportateur mondial de bauxite et d'étain, impose depuis ce 6 mai 2012 une taxe de 20% sur l'exportation de 14 de ses minerais, s'ils ne sont pas raffinés sur son sol.

    L'Indonésie a beau connaître l'une des croissances les plus fortes d'Asie du Sud-Est, le pays n'en compte pas moins 110 millions d'habitants sous le seuil de pauvreté, la moitié de sa population. Les pressions politiques et sociales étaient donc fortes pour que le pays tire plus de profits de ses abondantes ressources minières, 12% de son PIB. Il y a deux mois, déjà, le gouvernement avait imposé aux groupes miniers qu'ils cèdent à des sociétés locales plus de la moitié de leur part aux gisements dans les dix ans suivant l'entrée en production. Jusque-là, une société étrangère pouvait posséder la totalité des parts. Cette fois, Jakarta crée une taxe de 20% sur les exportations de 14 minerais bruts, sauf si les sociétés minières s'engagent à construire des raffineries pour transformer localement ces minerais en produit semi-raffiné ou en métal. Objectif affiché : pousser les groupes miniers à augmenter la valeur ajoutée des exportations et à créer des emplois sur place. Il n'est pas du tout sûr cependant que les sociétés d'extraction exécutent ce plan, mais alors ce seront des revenus supplémentaires pour les caisses publiques. Certains de ces groupes seront d'ailleurs exonérés, ceux qui sont déjà présents depuis des décennies en Indonésie, comme les Américains Newmont et Freeport McRoran, qui exploitent des mines géantes d'or et de cuivre, ou le Brésilien Vale qui produit du nickel. 

    Les investisseurs ont bien sûr déploré la mesure : leur imposer de construire des raffineries risque, estiment-t-ils, de les faire fuir. Au vu du rythme d'augmentation des investissements étrangers dans les mines indonésiennes l'an dernier, on en doute un peu : plus de 3,5 milliards de dollars ont été misés, le tiers de tous les investissements destinés à ce pays. Le premier trimestre n'a pas montré d'essoufflement, bien au contraire, malgré les annonces de réforme.

    Quant au principal client des mines indonésiennes, la Chine, elle a anticipé la mesure au mois de mars en important d'Indonésie des quantités record de bauxite, de nickel et d'étain pour ses propres raffineries, avant que ses achats ne soient plus lourdement taxés ! 

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.