GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le projet de coter en Bourse la coopérative publique du palmier à huile divise la Malaisie

    Une plantation de palmier à huile à Johor, en Malaisie. Getty Images/Eightfish

    Ce mardi 8 mai, le Premier ministre malaisien doit annoncer le montant de la prime qui sera accordée aux petits planteurs d'huile de palme, si la coopérative publique dont ils dépendent, FELDA, entre en Bourse en juin prochain. Un projet très controversé.

    Difficile pour les Malaisiens d'imaginer que FELDA sera prochainement à la merci des investisseurs privés. Au lendemain de l'indépendance, cette organisation réalisa une réforme agraire pour sortir les Malaisiens de la pauvreté, alors que l'économie était aux mains de la communauté chinoise. Une discrimination positive qui est toujours de mise depuis. Une centaine de milliers de petits paysans reçurent des lopins de terres à défricher pour y planter des palmiers à huile, à l'époque où il n'y avait ni route, ni électricité.

    Cinquante ans plus tard, ces pionniers et leurs descendants ont prospéré, étant donné la valeur marchande qu'a acquis l'huile de palme, à mesure que cet oléagineux se taillait une part croissante dans le commerce alimentaire mondial. Aujourd'hui certains d'entre ces petits planteurs craignent que leur destin ne leur échappe si FELDA entre en Bourse, voire que la terre ne leur soit confisquée.

    C'est pourquoi dans un contexte pré-électoral très agité avec des manifestations de l'opposition il y a dix jours, le gouvernement de Najib Razak, du parti Barisan - au pouvoir depuis l'indépendance -, s'emploie à rassurer les petits planteurs. Une prime de 125 à 300 euros leur est promise. Vingt pour cent des actions de la future entreprise cotée leur sont également réservés, et donc des dividendes si FELDA fait des bénéfices. Ouvrir le capital de FELDA aux investisseurs vise à donner les capacités suffisantes à cette coopérative, devenue le premier producteur d'huile de palme en Malaisie, avec 800 000 hectares, pour qu'elle développe davantage les activités de transformation de l'huile de palme, notamment le raffinage, sur le sol malaisien. Et ce, dans un contexte de concurrence accrue avec l'Indonésie sur ce marché. La valorisation boursière de FELDA, évaluée à 2,3 milliards euros, serait la plus importante de l'année, après Facebook, le réseau social.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      L'Indonésie crée sa taxe minière

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'Iran pourrait devenir un facteur de baisse des prix du pétrole

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le charbon des Etats-Unis inonde l'Europe, où les prix s'effondrent

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les stocks de cumin indiens devront compenser le déficit syrien

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.