GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Décembre
Jeudi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le coltan du Congo-Kinshasa, nouveau combat du collectif Anonymous

    Claire Fages.

    Les sites internet du Japonais Sony, des Coréens LG et Samsung et de l’Allemand Bayer ont subi les attaques des militants Anonymous, ce week-end. Pour leur utilisation supposée de coltan originaire de République démocratique du Congo, là où l'extraction de ce minerai a suscité conflits et violences. Des mesures ont pourtant déjà été prises par les Etats-Unis.

    Les Etats-Unis ont déjà adopté une disposition, dans la loi Dodd Frank, qui oblige les entreprises américaines à prouver que le coltan utilisé dans les batteries des téléphones ou des ordinateurs portables qu'ils fabriquent, ne provient pas de zones de conflit. Avant même l'entrée en vigueur de la législation américaine, il y a un an, les achats de coltan auprès de la République démocratique du Congo ont commencé à fléchir. Et les prix ont chuté. Ils sont aux environs de 50 dollars la tonne, alors qu'ils avaient connu des pics à 300 dollars au début des années 2000. C'était l'époque où la colombite-tantalite, surnommé « coltan », finançait l'effort de guerre des rebelles congolais et enrichissait les traders de Goma et de Bukavu. Depuis la forte chute des prix, l'extraction est devenue totalement anarchique et artisanale au Kivu, avec des milliers de creuseurs, hors de contrôle des autorités de Kinshasa. En revanche au Katanga, un effort de certification des mines de coltan est à l'oeuvre. Sous le label « Solutions for hope », les entreprises américaines AVX et Motorola et depuis peu le Finlandais Nokia, ont monté une filière d'approvisionnement qui se veut plus propre et plus organisée.
     
    Le gouvernement congolais cherche plus généralement à reprendre le contrôle des minerais de la guerre : cassitérite et coltan ont fait l'objet d'un embargo entre septembre 2010 et mars 2011, ce qui n'a fait qu'accroître la contrebande. Joseph Kabila est depuis le mois d'avril passé à la vitesse supérieure : c'est à nouveau la guerre au Kivu contre l'ex-rebelle Bosco Ntaganda, qui contrôle ces mines. Peut-être est-ce le nouvel embrasement du Kivu qui a motivé les Anonymous à pirater les sites internet de grandes entreprises coréennes, japonaise et allemande, qui, elles, ne sont pas concernées par la loi américaine, et sont donc susceptibles d'utiliser du coltan congolais via leurs sous-traitants chinois - le principal client malaisien ayant jeté l'éponge.
     
    Si le Congo-Kinshasa dispose des plus grandes réserves de coltan, l'Australie et le Brésil sont aussi de grands producteurs, moins sujets à polémique. Mais l'exploitation illégale du coltan semble s'étendre hors d'Afrique centrale, puisqu'en Colombie, les narcotrafiquants ont mis la main sur l'extraction de ce minerai.

     

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.