A la Une : limiter la casse chez Peugeot - RFI

 

  1. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  2. 02:00 TU Journal
  3. 02:10 TU Couleurs tropicales
  4. 02:30 TU Journal
  5. 02:33 TU Couleurs tropicales
  6. 03:00 TU Journal
  7. 03:15 TU Sessions d'information
  8. 03:30 TU Journal
  9. 03:33 TU Sessions d'information
  10. 03:40 TU Accents d'Europe
  11. 04:00 TU Journal
  12. 04:15 TU Sessions d'information
  13. 04:30 TU Journal
  14. 04:33 TU Sessions d'information
  15. 04:37 TU Grand reportage
  16. 04:57 TU Sessions d'information
  17. 05:00 TU Journal
  18. 05:15 TU Sessions d'information
  19. 05:30 TU Journal
  20. 05:40 TU Sessions d'information
  21. 05:50 TU Sessions d'information
  22. 06:00 TU Journal
  23. 06:15 TU Sessions d'information
  24. 06:30 TU Journal
  25. 06:43 TU Sessions d'information
  1. 01:33 TU 7 milliards de voisins
  2. 02:00 TU Journal
  3. 02:10 TU Couleurs tropicales
  4. 02:30 TU Journal
  5. 02:33 TU Couleurs tropicales
  6. 03:00 TU Journal
  7. 03:15 TU Sessions d'information
  8. 03:30 TU Sessions d'information
  9. 04:00 TU Journal
  10. 04:15 TU Sessions d'information
  11. 04:30 TU Sessions d'information
  12. 05:00 TU Journal
  13. 05:15 TU Sessions d'information
  14. 05:30 TU Sessions d'information
  15. 06:00 TU Journal
  16. 06:15 TU Sessions d'information
  17. 06:30 TU Journal
  18. 06:43 TU Sessions d'information
  19. 07:00 TU Journal
  20. 07:10 TU Sessions d'information
  21. 07:30 TU Sessions d'information
  22. 08:00 TU Journal
  23. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  24. 08:30 TU Journal
  25. 08:40 TU Appels sur l'actualité
fermer

Revue de presse française

A la Une : limiter la casse chez Peugeot

Frédéric Couteau
A la Une : limiter la casse chez Peugeot
 

C’est désormais l’objectif du gouvernement après la publication hier du rapport Sartorius sur l’état du constructeur automobile. Un audit qui, finalement « donne raison au groupe », souligne Le Parisien : « sans surprise. Le rapport Sartorius sur la situation financière et économique de PSA, qui a été présenté hier aux syndicats et aux élus, juge “incontestable” la nécessité d’un “plan de réorganisation des activités industrielles et de réduction des effectifs”. Le constat est clair, relève Le Parisien : au premier semestre, PSA a enregistré une perte de 819 M€ et perd environ 200 M€ par mois. ».

 
Le marché européen, notamment des petites voitures, s’est effondré et « dans cet environnement, le constructeur, qui a dimensionné ses usines pour fabriquer 4 millions d’unités par an dans les années 2000, se retrouve aujourd’hui avec un outil largement surdimensionné. De fait, Emmanuel Sartorius valide implicitement la fermeture de l’usine d’Aulnay. »

Pour Libération, ce « rapport épingle les retards à l’allumage de la famille Peugeot. » Notamment, « son développement trop “timide” et tardif à l’international. Le plus beau gâchis étant celui de la Chine : PSA a été l’un des premiers à s’y implanter (en 1985), mais il pointe aujourd’hui parmi les derniers, car il a mis le paquet trop tard. »
Résultat, poursuit Libération, « trop européen, trop isolé, pas assez rentable, PSA s’est retrouvé étranglé par la crise du marché automobile européen. D’où la “nécessaire” restructuration actuelle. »
 
Mal français ?
 
Le Figaro, lui, voit dans ce rapport un rappel à la réalité économique… « Le rapport Sartorius présente au moins le grand intérêt de décrire noir sur blanc la dureté de la mondialisation, qu’une bonne partie de la gauche refuse obstinément de regarder en face. Oui, s’exclame Le Figaro, la concurrence internationale est une réalité d’une extrême violence. Oui, des pans entiers de l’économie se déplacent d’un bout à l’autre de la planète et se trouvent bouleversés en un rien de temps. Oui, les entreprises sont confrontées à d’extraordinaires défis, contraintes en permanence à l’excellence et à la performance. Oui, si elles veulent survivre – y compris celles qui paraissent insubmersibles –, elles doivent être mobiles… et rentables ! »
 
En fait, résume L’Alsace, « le rapport Sartorius résume tout ce que la société française compte de blocages : repli sur soi, manque de vision stratégique à long terme, retard d’adaptation, fragilité financière, dialogue social déficient. Plutôt que de s’arrêter sur les responsabilités, il reste à en tirer les leçons. »
 
« Finis, donc, les propos péremptoires de François Hollande et de son ministre considérant initialement le “plan inacceptable en l’état”,relève La République du Centre. Reste à limiter la casse. Le chef de l’État a promis que les pouvoirs publics feraient tout pour réduire les suppressions de postes. De son côté, Arnaud Montebourg a plaidé pour un dialogue social exemplaire et transparent. »
 
Finalement, constate Le Courrier Picard, « d’une opposition à un projet “inacceptable”, on est passé à l’accompagnement social d’une catastrophe économique, du blocage au compromis. Reste à fabriquer l’amortisseur du dialogue social. Pas gagné dans ce qui reste un chaudron syndical. »
 
D’autres printemps ?
 
A la Une également, la Tunisie, « SOS libertés » : c’est le grand titre de L’Humanité. L’Humanité qui constate que « les islamistes cherchent à étendre leur emprise sur le pays mais qu’ils rencontrent des résistances. Après avoir conquis des libertés nouvelles, journalistes et artistes refusent de se laisser museler. Les féministes ne lâchent rien », non plus. Commentaire de L’Humanité : « le plus beau des printemps peut parfois déboucher sur un été pourri, mais d’autres printemps viendront, annonciateurs, peut-être, de jours meilleurs. »
 
Dans Libération, interview croisée entre deux eurodéputés… Daniel Cohn-Bendit et Jean-Luc Mélenchon : l’un est pour le nouveau Traité européen, l’autre est contre. « Institutionnalisation du libéralisme ou voie obligée vers une autre politique européenne ? Le débat sur la ratification du Pacte budgétaire européen fait rage à gauche », constate Libération.
 
Populaires !
 
« Collégiens, lycéens ; ils veulent tous être populaires ! » : c’est le dossier du Parisien. Le Parisien qui constate que « c’est la nouvelle tendance dans les collèges, il faut avant tout susciter l’adhésion des autres. Un phénomène émergent, qui fait écho aux succès des réseaux sociaux auprès des jeunes. »
 
« Une mode venue des séries américaines, affirme encore Le Parisien qui relève que le sens donné par les jeunes au terme “populaire” est en fait un anglicisme qui vient de “popular”, signifiant avoir du succès. (…) Outre-Atlantique, “popular” désigne notamment l’élève “cool” et charismatique apprécié de ses pairs. »
 
Populaire, l’équipe de France de football serait-elle en train de le redevenir ? En tout cas, elle gagne, c’est un premier pas… « Un bond en avant », s’exclame L’Equipe après la victoire des Bleus, donc hier soir, 3 buts à 1 face la Biélorussie. Pour Le Figaro, « les Bleus peuvent aborder sereinement leur prochain match face à l’Espagne. (…) Didier Deschamps a réussi à impulser une cohérence et un équilibre dans le jeu qui laissent entrevoir de belles perspectives. »
Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

RFI dernières éditions

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.