Rachid Tlemçani, enseignant-chercheur à la faculté de sciences politiques de l'université Alger III - RFI

 

  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU La marche du monde
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU La marche du monde
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Mondial sports
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Mondial sports
  9. 22:00 TU Journal
  10. 22:10 TU Le débat africain
  11. 22:30 TU Journal
  12. 22:40 TU Le débat africain
  13. 23:00 TU Journal
  14. 23:10 TU Internationales
  15. 23:30 TU Journal
  16. 20:00 TU Journal
  17. 20:10 TU La bande passante
  18. 20:30 TU Journal
  19. 20:33 TU La bande passante
  20. 21:00 TU Journal
  21. 21:10 TU Couleurs tropicales
  22. 21:30 TU Journal
  23. 21:33 TU Couleurs tropicales
  24. 22:00 TU Sessions d'information
  25. 22:30 TU Sessions d'information
  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU Dimanche politique
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU L'épopée des musiques noires
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Mondial sports
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Mondial sports
  9. 22:00 TU Journal
  10. 22:10 TU Le débat africain
  11. 22:30 TU Journal
  12. 22:40 TU Le débat africain
  13. 23:00 TU Journal
  14. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1D
  15. 23:30 TU Journal
fermer

Invité Afrique

Rachid Tlemçani, enseignant-chercheur à la faculté de sciences politiques de l'université Alger III

Rachid Tlemçani, enseignant-chercheur à la faculté de sciences politiques de l'université Alger III
 
Christophe Boisbouvier.

« C'est vrai que le gouvernement algérien est prudent sur le dossier malien. La grande complexité de cette affaire pousse l'Algérie à ne pas être l'acteur qui va ouvrir la boîte de Pandore. »

Pour beaucoup d'observateurs, c'est une énigme : pourquoi l'Algérie reste-t-elle en retrait sur la crise malienne ? Une crise qui se manifeste pourtant juste de l'autre côté de sa frontière.

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. ...
  5. suivant >
  6. dernier >
Les émissions
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.