Réécouter
Ecouter Paris, écouter les villes du monde
Ecouter Bobo-Dioulasso avec les enfants
Ecouter les villes du monde
 
GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 25 Mai
Jeudi 26 Mai
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Aujourd'hui
Lundi 30 Mai
Mardi 31 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    A la Une : un rapport qui fait grand bruit en Côte d’Ivoire

      Il s’agit du rapport confidentiel du groupe d’experts des Nations unies sur la Côte d’Ivoire, révélé samedi par RFI. Celui-ci devrait être débattu, dans les prochains jours, au Conseil de sécurité de l’ONU. Ce rapport intermédiaire de 26 pages dénonce, rappelons-le, un complot de la part des pro-Gbagbo en exil et met en avant des rapprochements pour le moins inattendus entre ces exilés ivoiriens, la junte malienne et les jihadistes d’Ansar Dine. L’objectif des militaires et des islamistes maliens étant de compromettre, à tout prix, les actions de la Cédéao et de son président en exercice, Alassane Ouattara. Alassane Ouattara lui-même accusé, dans ce rapport, d’avoir importé des armes sans autorisation…

      Ce rapport a donc fait l’effet d’une bombe en Côte d’Ivoire. Et il est vertement critiqué ce matin par la presse du pays. L’Intelligent ne mâche pas ses mots en Une : « Ouattara s’en fout de ce fameux rapport des experts onusiens », s’exclame le journal. « Ouattara accusé de défier l’ONU, les pro-Gbagbo et le Ghana soupçonnés de déstabilisation », relève L’Intelligent qui s’interroge : « à qui peut profiter une telle annonce, si ce n’est aux vrais ennemis de la paix et de la réconciliation nationale en cours en Côte d’Ivoire. Au-delà d’accabler le régime et des partisans de l’ex-président ivoirien, l’objectif visé est d’enliser davantage un processus de réconciliation que tente de remettre sur les rails Charles Konan Banny, président de la Commission de vérité et de réconciliation. »
       
      A quand la paix ?
       
      L’Inter, autre quotidien ivoirien, ne cache pas son désarroi : « Ce rapport d’experts (?) a eu pour effet de mettre encore à mal le fragile équilibre sociopolitique dans lequel les Ivoiriens vivent depuis le 11 avril 2011, date de la chute de l’ex-président Laurent Gbagbo, mais aussi et surtout d’en rajouter à la psychose ambiante depuis les récentes attaques du camp d’Akouédo et d’un des commissariats de Yopougon début août dernier, de Dabou et de Noé plus récemment. Même si l’on ne voit pas comment les opposants à Gbagbo pourraient se retrouver à une table de négociation ou de discussion avec Aqmi, qui prêche carrément pour la création d’un “califat” islamique géant dans toute l’Afrique de l’Ouest et donc loin des rêves de renversement du président Ouattara, ce rapport a pour effet de faire déchanter, ou du moins de mettre un bémol à l’activisme débordant des quelques ardents partisans de la paix que nous avons encore dans notre pays. » « Finalement, s’interroge L’Inter, on en est à se demander si la Côte d’Ivoire connaîtra la paix ces temps-ci ? Si oui, quelles voies ou quelles méthodes mettre en œuvre ? » Et L’Inter de conclure : « il est important aujourd’hui de penser à définir et redéfinir une nouvelle paix à l’ivoirienne. L’obtiendra-t-on par la “méthode Banny” faite d’avancées à petits pas ? Ou par la “méthode Ahoussou” faite de concertations avec les décideurs sociopolitiques ? Peu importe, pourvu que la paix revienne. »
       
      « Songes et mensonges ! »
       
      Du côté de la presse bleue, la presse d’opposition en Côte d’Ivoire, c’est le tollé. « L’ONU se discrédite davantage avec ce faux rapport sur les exilés ivoiriens », tonne Notre Voie. « Cette organisation internationale a habitué les Ivoiriens de ce genre de faux rapports pour accabler le président Gbagbo et ses partisans depuis la rébellion armée de septembre 2002, affirme le quotidien d’opposition. (…) En réalité, ce rapport qui pue le mensonge vise à couvrir, voire justifier le martyr que le régime Ouattara fait subir au peuple de Côte d’Ivoire », estime encore Notre Voie.
                                                                                                                                   
      Même indignation pour Le Nouveau Courrier, autre quotidien ivoirien d’opposition : « songes et mensonges ! », s’exclame-t-il en première page. Le Nouveau Courrier qui dénonce une tentative de manipulation de la part de RFI et au-delà, de la France… « La technique du vrai-faux rapport officieux est une constante dans la communication de la nébuleuse internationale, affirme le quotidien d’opposition, – surtout française – qui soutient Alassane Ouattara et tente de criminaliser, donc de disqualifier politiquement, depuis une dizaine d’années, toute une mouvance : celle incarnée par Laurent Gbagbo et les souverainistes ivoiriens. »
       
      Enfin, plusieurs journaux ivoiriens, notamment le quotidien Le Mandat, ont recueilli la réaction de la porte-parole intérimaire de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire, l’Onuci, Sylvie van den Wildenberg. « Première chose, affirme-t-elle, contrairement à ce qui a été dit sur RFI et qui a semé la confusion, ce n’est pas un rapport de l’ONU. C’est un rapport d’experts indépendants qui doit être soumis au Conseil de sécurité. (…) Ce n’est pas parce que les experts tirent une certaine conclusion que c’est une vérité absolue. Cela ne veut pas dire que l’ONU peut la corroborer. Il faut qu’on attende tous de voir le rapport et de voir les preuves qui ont été apportées par les experts. Pour le moment, affirme encore Sylvie van den Wildenberg, on ne peut pas commenter ce qui a été dit parce qu’on ne connaît absolument pas les éléments de preuves qui sont apportés à tout ça. »
      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.