GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Le Pacte mondial sur les migrations des Nations unies a été formellement approuvé par les pays présents à Marrakech
    Dernières infos

    A la Une : bousculade tragique en Côte d'Ivoire

    « Des morts et des blessés en cascade », s’exclame L’Intelligent en Une avec ces photos d’enfants blessés sur leur lit d’hôpital. Le dernier bilan fourni par le quotidien ivoirien fait état de 62 morts et 48 blessés. La plupart des victimes sont des femmes et des enfants.

    « Alors que le pays pensait entrer dans la nouvelle année avec les bénédictions et les grâces comme il est de coutume en pareille circonstance, la Côte d’Ivoire a été frappée ce 1er janvier 2013, par un drame dont les circonstances ont plongé les populations et le président de la République dans une grande tristesse », déplore L’Intelligent.
     
    « Ils n’auront pas le temps de formuler des vœux pour leurs proches comme il est d’usage en chaque début d’année, déplore L’Inter. Ils ne pourront pas non plus en recevoir. Eux, ce sont la soixantaine d’Abidjanais, pour la plupart des adolescents, qui viennent de rencontrer tragiquement leur destin en ce début d’année 2013. »
     
    Le quotidien Nord-Sud rapporte le terrible témoignage de cette mère de famille, Sanata : « on ne pouvait pas avancer et on ne pouvait pas reculer. J’ai essayé de protéger mes enfants, mais je n’ai pas pu à cause de la bousculade ». « Elle tombe, la foule la piétine. Elle perd connaissance. Ses enfants sont livrés à une masse incontrôlable. (…) Autour d’elle, le spectacle est désolant. Des gens tentent d’escalader les murs des bâtiments pour trouver un passage. Certains sont poussés dans un trou qui borde la voie. » Finalement, rapporte Nord-Sud, « avec l’intervention des sapeurs-pompiers militaires, Sanata et ses enfants seront conduits au Centre hospitalier de Cocody. »
     
    Plusieurs versions des faits…
     
    Alors que s’est-il passé ? Les versions divergent… L’Intelligent cite plusieurs témoins. D’après l’un d’eux, Brahima, « c’est au moment du retour à la maison des spectateurs du feu d’artifice de la Saint-Sylvestre, que des voleurs de portables vont créer le désordre qui aboutira au pire, au niveau du stade Félix-Houphouët-Boigny. Avisées de la situation, les forces de l’ordre vont demander à la foule de reculer. Et c’est en reculant que des personnes sont tombées. »
     
    « La version des faits de Brahima diffère de celle de Koné, rapporte L’Intelligent, une autre blessée de la bousculade. A l’entendre, tout a commencé, dès l’entame des feux d’artifice. Une information faisant état de tirs d’armes dans le quartier d’affaire va créer la panique. Des personnes ont même dit qu’une bombe avait été jetée. “Dans la peur, on courait dans tous les sens, explique Koné. Et dans la débandade, des gens se sont écroulés. Des personnes sont tombées sur d’autres personnes.” »
     
    L’Inter rapporte encore une autre version des faits. « Selon une source policière, relate le journal, à la hauteur du feu tricolore du stade Houphouët-Boigny, ceux qui quittaient la commune du Plateau ont rencontré un autre groupe qui y arrivait. Le hic, c’est que des travaux sont en cours d’exécution à cet endroit qui est mal éclairé. De sorte que, la collision entre les deux groupes a créé une grande bousculade. »
     
    D’après Nord-Sud, la police a une part de responsabilité, la police qui aurait bloqué la foule, en raison effectivement de la présence de voleurs et de pickpockets. Il y a également ces jeunes hommes en civils, armés de bâtons, rapportent des témoins cités par le journal. Des hommes qui auraient empêché aussi les gens d’avancer…
     
    Plus douloureux que le drame du stade Félix-Houphouët-Boigny…
     
    Et le quotidien ivoirien de s’interroger : « en attendant les résultats de l’enquête, une grande question taraude les esprits : pourquoi vouloir coûte que coûte contenir une foule quand on n’a aucune expérience en matière de gestion d’émeute ? S’il s’agissait véritablement de pickpockets que la police tentait de mettre hors d’état de nuire, ou même de mesures sécuritaires destinées à dévier la masse vers d’autres passages, pourquoi l’a-t-on fait sans aucune précaution ? Ces questions restent entières et devront être élucidées par l’enquête diligentée. »
     
    En tout cas, soupire Nord-Sud, « le tableau d’horreur devant lequel se retrouvent les secouristes est stupéfiant : soixante corps sans vie jonchent l’asphalte. (…) Un cauchemar qui a duré à peine une vingtaine de minutes. Mais qui restera à jamais gravé dans les pages sombres de l’histoire de la Côte d’Ivoire, plus douloureux que le drame du stade Félix Houphouët-Boigny. »
     
    « Il s’agit en effet de la pire bousculade depuis celle qui a tué 19 personnes, en 2009, lors d’un match de football à Abidjan », rapporte le quotidien français Libération. Libération qui note également que « c’est la deuxième fois que les festivités du Nouvel an sont accompagnées de feux d’artifice à Abidjan, une façon pour la Côte d’Ivoire de montrer que la guerre civile de 2011, qui a fait 3 000 morts, appartient au passé. Dans son discours radiotélévisé de vœux, lundi soir, rapporte encore le quotidien français, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, avait délivré un message résolument optimiste. La Côte d’Ivoire, longtemps première puissance économique d’Afrique de l’Ouest francophone, a devant elle “des possibilités comme rarement” elle en a connues, a-t-il assuré, promettant que les habitants toucheraient bientôt les retombées de la croissance retrouvée et des chantiers engagés. »
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.