GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 27 Juillet
Jeudi 28 Juillet
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 1 Août
Mardi 2 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Jean-Bernard Padaré, ministre tchadien des Affaires foncières et du Domaine

      « Dans l’affaire Brahim Déby, nous sommes venus avec les parties civiles, la famille, les frères, les sœurs du défunt, pour dire à la cour que cette justice et cette décision n’étaient pas satisfaisantes. (...) Nous espérons que cette fois-ci, nous repartirons avec une décision juste, une décision proportionnelle à la douleur, à la souffrance et surtout à la torture qui a été infligée à Brahim avant son décès. »

      Au Tchad, ce crime avait frappé tous les esprits. En 2007, Brahim Déby, le fils aîné du président tchadien, avait été assassiné dans un parking près de Paris. Et, ce lundi 7 janvier, le procès en appel des cinq assassins présumés s’est ouvert devant la cour d’assises de Versailles. Plusieurs frères et sœurs du défunt étaient présents dans la salle d’audience. Le ministre tchadien des Affaires foncières et du Domaine était là aussi. Jean-Bernard Padaré, ancien avocat, suit ce procès et répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.