Jean-Bernard Padaré, ministre tchadien des Affaires foncières et du Domaine - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Journal

 

  1. 16:00 TU Journal
  2. 16:10 TU Sessions d'information
  3. 16:30 TU Journal
  4. 16:33 TU Sessions d'information
  5. 16:40 TU Accents d'Europe
  6. 17:00 TU Journal
  7. 17:10 TU Décryptage
  8. 17:30 TU Journal
  9. 17:33 TU Sessions d'information
  10. 17:40 TU Débat du jour
  11. 18:00 TU Journal
  12. 18:10 TU Grand reportage
  13. 18:30 TU Sessions d'information
  14. 19:00 TU Journal
  15. 19:10 TU La bande passante
  16. 19:30 TU Journal
  17. 19:40 TU La bande passante
  18. 20:00 TU Journal
  19. 20:10 TU Couleurs tropicales
  20. 20:30 TU Journal
  21. 20:33 TU Couleurs tropicales
  22. 21:00 TU Journal
  23. 21:10 TU Accents d'Europe
  24. 21:30 TU Journal
  25. 21:33 TU Danse des mots
  1. 16:00 TU Journal
  2. 16:10 TU Sessions d'information
  3. 16:30 TU Journal
  4. 16:33 TU Sessions d'information
  5. 16:40 TU Accents d'Europe
  6. 17:00 TU Journal
  7. 17:10 TU La bande passante
  8. 17:30 TU Journal
  9. 17:33 TU Sessions d'information
  10. 17:40 TU La bande passante
  11. 18:00 TU Journal
  12. 18:10 TU Grand reportage
  13. 18:30 TU Sessions d'information
  14. 19:00 TU Journal
  15. 19:10 TU Décryptage
  16. 19:30 TU Journal
  17. 19:40 TU Débat du jour
  18. 20:00 TU Journal
  19. 20:10 TU Couleurs tropicales
  20. 20:30 TU Journal
  21. 20:33 TU Couleurs tropicales
  22. 21:00 TU Journal
  23. 21:10 TU Radio foot internationale
  24. 21:30 TU Journal
  25. 21:33 TU Radio foot internationale
fermer

Invité Afrique

Jean-Bernard Padaré, ministre tchadien des Affaires foncières et du Domaine

Christophe Boisbouvier
Jean-Bernard Padaré, ministre tchadien des Affaires foncières et du Domaine
 

« Dans l’affaire Brahim Déby, nous sommes venus avec les parties civiles, la famille, les frères, les sœurs du défunt, pour dire à la cour que cette justice et cette décision n’étaient pas satisfaisantes. (...) Nous espérons que cette fois-ci, nous repartirons avec une décision juste, une décision proportionnelle à la douleur, à la souffrance et surtout à la torture qui a été infligée à Brahim avant son décès. »

Au Tchad, ce crime avait frappé tous les esprits. En 2007, Brahim Déby, le fils aîné du président tchadien, avait été assassiné dans un parking près de Paris. Et, ce lundi 7 janvier, le procès en appel des cinq assassins présumés s’est ouvert devant la cour d’assises de Versailles. Plusieurs frères et sœurs du défunt étaient présents dans la salle d’audience. Le ministre tchadien des Affaires foncières et du Domaine était là aussi. Jean-Bernard Padaré, ancien avocat, suit ce procès et répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

RFI dernières éditions

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.