GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle-Zélande: éruption d'un volcan très fréquenté par les touristes

    Maïs : Monsanto profite de la sécheresse aux Etats-Unis

    «Quand les résultats comptent» Dekalb, une marque de la société Monsanto sur un champ de maïs de Princeton, dans l'Illinois, aux Etats-Unis. Getty Images/Daniel Acker

    Profits record pour Monsanto ! Les agriculteurs se sont rués sur ses semences de maïs OGM, du nord au sud de l'Amérique, car la sécheresse aux États-Unis a rendu le maïs très rémunérateur pour les producteurs.

     

    La sécheresse aux Etats-Unis a fait s'envoler les cours du maïs, car elle a littéralement grillé les épis, devenus rares et chers. Mais la sécheresse a également profité à Monsanto, à un point tel que les dirigeants du géant américain des semences étaient eux-mêmes surpris par les derniers chiffres trimestriels : cet automne, les bénéfices de Monsanto ont presque triplé par rapport à 2011.

    Ce n'est pourtant pas la saison des cultures aux Etats-Unis, mais les agriculteurs américains ont pris les devants cette année, ils ont déjà commandé des semences de maïs OGM, dont ils sont les premiers consommateurs au monde. Car ils comptent planter cette année encore des surfaces record de maïs, pour profiter du bon niveau des cours.

    Monsanto espère vendre 30% de semences de maïs supplémentaires aux producteurs américains d'ici la fin de l'été 2013. Mais les Etats-Unis ne sont pas les seuls à plébisciter cette céréale : l'Amérique latine fait aussi la fortune de Monsanto cet automne, et à grande échelle.

    Les fermiers, au Brésil, en Argentine et au Mexique ont acheté comme jamais des semences de maïs OGM et ils n'ont pas lésiné sur les prix. Leurs commandes visent de plus en plus les semences les plus élaborées de Monsanto, à double ou triple empilement de gènes, qui produisent du maïs à la fois tolérant aux herbicides et résistant à certaines maladies.

    Cette année, le groupe de Saint-Louis compte réaliser la moitié de ses ventes de semences hors des Etats-Unis. Qui dit plus de surfaces de maïs, dit aussi plus de ventes de pesticides et d'herbicides pour Monsanto, même le Roundup un moment décrié a retrouvé la faveur des clients cet automne.

    L'année s'annonce donc très faste pour le semencier américain. Il lui reste à régler son litige avec le Brésil sur ses semences de soja OGM pour accélérer ses ventes au géant sud-américain, le Brésil est déjà son deuxième marché pour les semences de soja OGM, derrière les Etats-Unis.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La santé animale de plus en plus cruciale pour la sécurité alimentaire

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Embellie soudaine des prix du minerai de fer

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Thaïlande n'est plus le premier exportateur mondial de riz

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'arachide au Sénégal

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Pétrole : gain record pour l'Opep

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Côte d'Ivoire : la production du coton

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Etats-Unis : pour les agriculteurs, 2012 est synonyme de sécheresse et d’incertitude sur l’avenir

      En savoir plus

    Prochaine émission

    L’Opep et ses alliés surprennent en réduisant davantage leur offre pétrolière

    L’Opep et ses alliés surprennent en réduisant davantage leur offre pétrolière
    Les marchés pétroliers s'attendaient au mieux à une prolongation de l'accord entre l'Opep et ses alliés, dont la Russie. Mais les pays exportateurs de cette alliance sont allés bien au delà, en diminuant de nouveau leur production de 503 000 barils par (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.