A la Une : l’Union africaine fait bloc - RFI

 

  1. 04:15 TU Sessions d'information
  2. 04:30 TU Journal
  3. 04:33 TU Sessions d'information
  4. 04:37 TU Grand reportage
  5. 04:57 TU Sessions d'information
  6. 05:00 TU Journal
  7. 05:15 TU Sessions d'information
  8. 05:30 TU Journal
  9. 05:40 TU Sessions d'information
  10. 05:50 TU Sessions d'information
  11. 06:00 TU Journal
  12. 06:15 TU Sessions d'information
  13. 06:30 TU Journal
  14. 06:43 TU Sessions d'information
  15. 07:00 TU Journal
  16. 07:10 TU Sessions d'information
  17. 07:30 TU Journal
  18. 07:40 TU Grand reportage
  19. 08:00 TU Journal
  20. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  21. 08:30 TU Journal
  22. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  23. 09:00 TU Journal
  24. 09:10 TU Priorité santé
  25. 09:30 TU Journal
  1. 04:30 TU Sessions d'information
  2. 05:00 TU Journal
  3. 05:15 TU Sessions d'information
  4. 05:30 TU Sessions d'information
  5. 06:00 TU Journal
  6. 06:15 TU Sessions d'information
  7. 06:30 TU Journal
  8. 06:43 TU Sessions d'information
  9. 07:00 TU Journal
  10. 07:10 TU Sessions d'information
  11. 07:30 TU Sessions d'information
  12. 08:00 TU Journal
  13. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  14. 08:30 TU Journal
  15. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  16. 09:00 TU Journal
  17. 09:10 TU Priorité santé
  18. 09:30 TU Journal
  19. 09:33 TU Priorité santé
  20. 10:00 TU Journal
  21. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  22. 10:30 TU Journal
  23. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  24. 11:00 TU Journal
  25. 11:15 TU Sessions d'information
fermer

Revue de presse Afrique

A la Une : l’Union africaine fait bloc

A la Une : l’Union africaine fait bloc
 

Au 20e sommet panafricain qui s’est ouvert hier à Addis-Abeba, c’est « l’union sacrée contre les islamistes. » Constatation du site d’information Guinée Conakry Infos. En effet, précise-t-il, « mal en point sur le champ de bataille, les rebelles islamistes le sont également sur la scène diplomatique. Le camp des partisans de la voie du dialogue et des négociations s’est discrètement effacé devant l’intervention unilatérale des troupes françaises. Certes, relève Guinée Conakry Infos, le fait que des soldats français se baladent dans le désert malien ne suscite pas le même enthousiasme à Bamako qu’à Johannesburg ou Alger. Mais les différentes interventions constatées lors la cérémonie d’ouverture du sommet des chefs d’Etat de l’UA auront permis de démontrer que les islamistes n’ont plus aucune sympathie. Dans le pire des cas, ceux qui sont contre l’interventionnisme français s’en prennent à l’immobilisme, au peu de responsabilité et au déficit de solidarité des leaders africains envers le Mali. D’autres encore préfèrent y voir l’aspect positif qui consiste dans la lutte contre le terrorisme et la restauration de l’intégrité territoriale du Mali. »

L’Observateur Paalga, au Burkina, insiste également sur cette unanimité : « l’enceinte de l’UA était habituée aux cacophonies, et on était coutumier de voir les chefs d’Etat s’étriper. Pour une fois, on a assisté à une symphonie au chevet du grand malade, le Mali. (…) En fait, la réalité ou plutôt la realpolitik, pour être plus précis, a visité ces chefs d’Etat, car les éléments de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma), ont beau débarquer par vagues au Nord-Mali, il n’en demeure pas moins, relève L’Observateur Paalga, que l’opérationnalité de cette Mission africaine demeure une mécanique dure à mettre en branle. De 6 000 hommes, les chefs d’Etat ont décidé de porter ce chiffre à 8 000 que fourniront le Tchad et dix autres pays africains. Où trouver les 700 millions d’euros pour cette opération ?, s’interroge le quotidien burkinabè. Les donateurs devront d’ailleurs répondre à cette question demain mardi. »
 
Alors, « vite du soutien à l’Union africaine ! », s’exclame de son côté Le Pays, toujours au Burkina, pour qui « l’appel à l’aide de l’organisation continentale n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Car le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon présent au sommet, a répondu favorablement à cette requête. Il s’est personnellement engagé, relève Le Pays, à recommander au Conseil de sécurité de débloquer une aide logistique pour la Misma. On attend de voir. »
 
Une solution africaine ?
 
En attendant donc, si l’Union africaine salue l’action de la France au Mali, elle prouve dans le même temps son impuissance face au problème malien. C’est du moins l’opinion du quotidien béninois La Nouvelle Tribune : « la France, ancienne puissance colonisatrice, étale ainsi sous les yeux de tous les chefs d’Etat réunis pour cette messe annuelle de l’unité africaine, sa toute-puissance en Afrique, révélant au grand jour l’impuissance de la cinquantaine d’Etats souverains qui composent l’UA. (…) Ce qui dérange, poursuit La Nouvelle Tribune, c’est que personne en Afrique, y compris ceux qui proclament urbi et orbi leur panafricanisme à tout crin, ne semble s’émouvoir de ce que l’Afrique soit le seul continent où un gendarme extérieur peut faire la police à sa place. On fait le triste constat d’un sommet qui a plutôt légitimé le rôle de la France comme gendarme attitré de l’Afrique. (…) Pourtant, relève le quotidien béninois, la solution africaine est à portée de main. (…) Tout le monde sait que l’Algérie a une longue expérience de la guerre anti-terroriste. Elle pourrait bien, dans le cadre de cette force africaine de paix toujours rêvée mais jamais réalisée, prendre la tête de l’offensive africaine contre les jihadistes qui écument le Sahel et le désert saharien avec, certes, l’aide de ce qu’on appelle la “communauté internationale”, mais surtout l’ensemble des pays sahéliens en plus du Tchad dont on vante la bravoure des soldats et de quelques autres pays puissants comme le Nigeria et l’Afrique du sud. Elle ferait d’une pierre deux coups, affirme encore La Nouvelle Tribune : débarrasser la région des irrédentistes islamistes trafiquants de drogues et en finir avec le péril islamiste sur son propre sol. »
 
Enfin, L’Intelligent en Côte d’Ivoire s’en prend vertement à la France, à l’Europe et… aux Etats africains. « Africains et européens vous faites vraiment rire », s’exclame le quotidien abidjanais. « L’engagement de la France, seul pays européen dans la guerre du Sahel, découle avant tout de calculs, profondément influencés par la détention de plusieurs otages et par un sous-sol gazier et minier très important », relève le journal. Mais pour L’Intelligent, « la plus grosse déception vient des 15 Etats de la Cédéao. De réunions en sommet, ils ont trop parlé. (…) Les Africains n’ont rien compris. Les Européens sourient. Parce qu’ils ont leurs perceptions de stratégies pour l’Afrique. Sauf les Africains eux-mêmes. Ils réfléchissent peu, abonnés aux rébellions, conflits ethniques, déficits de démocratie, pertes de valeurs morales. »
  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. ...
  5. suivant >
  6. dernier >

Les émissions

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.