Bassma Kodmani, politologue, cofondatrice du Conseil national syrien - RFI

 

  1. 04:30 TU Journal
  2. 04:33 TU Sessions d'information
  3. 04:37 TU Grand reportage
  4. 04:57 TU Sessions d'information
  5. 05:00 TU Journal
  6. 05:15 TU Sessions d'information
  7. 05:30 TU Journal
  8. 05:40 TU Sessions d'information
  9. 05:50 TU Sessions d'information
  10. 06:00 TU Journal
  11. 06:15 TU Sessions d'information
  12. 06:30 TU Journal
  13. 06:43 TU Sessions d'information
  14. 07:00 TU Journal
  15. 07:10 TU Sessions d'information
  16. 07:30 TU Journal
  17. 07:40 TU Grand reportage
  18. 08:00 TU Journal
  19. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  20. 08:30 TU Journal
  21. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  22. 09:00 TU Journal
  23. 09:10 TU Priorité santé
  24. 09:30 TU Journal
  25. 09:33 TU Priorité santé
  1. 04:30 TU Sessions d'information
  2. 05:00 TU Journal
  3. 05:15 TU Sessions d'information
  4. 05:30 TU Sessions d'information
  5. 06:00 TU Journal
  6. 06:15 TU Sessions d'information
  7. 06:30 TU Journal
  8. 06:43 TU Sessions d'information
  9. 07:00 TU Journal
  10. 07:10 TU Sessions d'information
  11. 07:30 TU Sessions d'information
  12. 08:00 TU Journal
  13. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  14. 08:30 TU Journal
  15. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  16. 09:00 TU Journal
  17. 09:10 TU Priorité santé
  18. 09:30 TU Journal
  19. 09:33 TU Priorité santé
  20. 10:00 TU Journal
  21. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  22. 10:30 TU Journal
  23. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  24. 11:00 TU Journal
  25. 11:15 TU Sessions d'information
fermer

Invité du matin

Bassma Kodmani, politologue, cofondatrice du Conseil national syrien

Frédéric Rivière
Bassma Kodmani, politologue, cofondatrice du Conseil national syrien
 
Bassma Kodmani.

« Cette révolte qui s’est transformée en guerre rend les deux parties très dépendantes du soutien extérieur. La révolte, tant qu’elle était pacifique, pouvait compter sur le courage des seuls syriens pour sortir et affronter le régime et sa répression. Dès lors que la révolte et les insurgés ont prit les armes, malheureusement, il s’est développé une dépendance vis-à-vis de l’extérieur en armes et en argent… »

La coalition de l’opposition syrienne a réclamé hier, lundi, au cours d’une réunion internationale à Paris, un soutien financier et des armes pour renverser le président Bachar el-Assad. Est-ce que la solution est là, de l’argent et des armes ?

Bassma Kodmani, est politologue, directrice de l’Initiative arabe de réforme (ARI) et cofondatrice du Conseil national syrien, qu’elle quitte en août 2012, est l’invité de Frédéric Rivière.

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

RFI dernières éditions

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.