Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, médiateur de la Cédéao - RFI

 

  1. 06:15 TU Sessions d'information
  2. 06:30 TU Journal
  3. 06:43 TU Sessions d'information
  4. 07:00 TU Journal
  5. 07:15 TU Sessions d'information
  6. 07:30 TU Journal
  7. 07:40 TU Grand reportage
  8. 08:00 TU Journal
  9. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  10. 08:30 TU Journal
  11. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  12. 09:00 TU Journal
  13. 09:10 TU Priorité santé
  14. 09:30 TU Journal
  15. 09:33 TU Priorité santé
  16. 10:00 TU Journal
  17. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  18. 10:30 TU Journal
  19. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  20. 11:00 TU Journal
  21. 11:15 TU Sessions d'information
  22. 11:30 TU Journal
  23. 11:33 TU Sessions d'information
  24. 12:00 TU Journal
  25. 12:10 TU Sessions d'information
  1. 06:15 TU Sessions d'information
  2. 06:30 TU Journal
  3. 06:43 TU Sessions d'information
  4. 07:00 TU Journal
  5. 07:15 TU Sessions d'information
  6. 07:30 TU Sessions d'information
  7. 08:00 TU Journal
  8. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  9. 08:30 TU Journal
  10. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  11. 09:00 TU Journal
  12. 09:10 TU Priorité santé
  13. 09:30 TU Journal
  14. 09:33 TU Priorité santé
  15. 10:00 TU Journal
  16. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  17. 10:30 TU Journal
  18. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  19. 11:00 TU Journal
  20. 11:15 TU Sessions d'information
  21. 11:30 TU Journal
  22. 11:33 TU Sessions d'information
  23. 12:00 TU Journal
  24. 12:10 TU Grand reportage
  25. 12:30 TU Sessions d'information
fermer

Invité Afrique

Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, médiateur de la Cédéao

Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, médiateur de la Cédéao
 

« Je pense que l’essentiel est fait. A savoir que par rapport à l’offensive militaire des mouvements rebelles, une offensive qui venait en violation des résolutions des Nations unies et aussi de l’engagement pris par ces mouvements à Ouagadougou pour arrêter la guerre, je cois que l’opération franco-africaine est un succès. Mais cela n’est pas suffisant pour une paix durable au Mali. Il faut que les Maliens continuent de s’investir dans un dialogue inter-malien afin de traiter cette crise qui est foncièrement d’abord une crise politique, donc c’est sur le terrain politique que les batailles doivent se gagner aujourd’hui. »

Fallait-il négocier avec les jihadistes ? Que reste-t-il des putschistes ? Depuis près d’un an, le président burkinabè Blaise Compaoré est le médiateur de la Cédéao dans la crise malienne. Au lendemain de la reprise de la ville de Tombouctou par les forces franco-africaines, il répond, à Addis-Abeba, aux questions de Christophe Boisbouvier, l’un de nos envoyés spéciaux au 20e sommet de l’Union africaine.

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. ...
  5. suivant >
  6. dernier >
Les émissions
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.