Diane 35, une nouvelle flèche dans le flanc de l’industrie pharmaceutique - RFI

 

  1. 12:33 TU Sessions d'information
  2. 12:40 TU Accents d'Europe
  3. 13:00 TU Journal
  4. 13:10 TU Sessions d'information
  5. 13:30 TU Journal
  6. 13:33 TU Danse des mots
  7. 14:00 TU Journal
  8. 14:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  9. 14:30 TU Journal
  10. 14:33 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  11. 15:00 TU Journal
  12. 15:10 TU Autour de la question
  13. 15:30 TU Journal
  14. 15:33 TU Autour de la question
  15. 16:00 TU Journal
  16. 16:10 TU Radio foot internationale
  17. 16:30 TU Journal
  18. 16:33 TU Radio foot internationale
  19. 17:00 TU Journal
  20. 17:10 TU Sessions d'information
  21. 17:30 TU Journal
  22. 17:33 TU Sessions d'information
  23. 17:40 TU Accents d'Europe
  24. 18:00 TU Journal
  25. 18:10 TU Accents du monde
  1. 12:30 TU Sessions d'information
  2. 13:00 TU Journal
  3. 13:10 TU Sessions d'information
  4. 13:30 TU Journal
  5. 13:33 TU Danse des mots
  6. 14:00 TU Journal
  7. 14:10 TU Autour de la question
  8. 14:30 TU Journal
  9. 14:33 TU Autour de la question
  10. 15:00 TU Journal
  11. 15:10 TU Radio foot internationale
  12. 15:30 TU Journal
  13. 15:33 TU Radio foot internationale
  14. 16:00 TU Journal
  15. 16:10 TU Couleurs tropicales
  16. 16:30 TU Journal
  17. 16:33 TU Couleurs tropicales
  18. 17:00 TU Journal
  19. 17:10 TU Sessions d'information
  20. 17:30 TU Journal
  21. 17:33 TU Sessions d'information
  22. 17:40 TU Accents d'Europe
  23. 18:00 TU Journal
  24. 18:10 TU Grand reportage
  25. 18:30 TU Sessions d'information
fermer

Aujourd'hui l'économie

Diane 35, une nouvelle flèche dans le flanc de l’industrie pharmaceutique

Diane 35, une nouvelle flèche dans le flanc de l’industrie pharmaceutique
 
Diane 35, lancé pour soigner l'acné, est prescrit depuis 20 ans comme un contraceptif. AFP/Philippe HUGUEN

La pseudo pilule Diane 35 va-t-elle se transformer en nouvelle affaire Mediator ? C'est ce que redoute l'industrie pharmaceutique.

Il y a effectivement des similitudes entre les deux affaires. Les deux médicaments comportent des risques importants pour la santé et leur usage a été détourné, ce qui a permis d'accroître considérablement leur part de marché. Diane 35, lancé pour soigner l'acné, est prescrit depuis 20 ans comme un contraceptif. Le Mediator était, lui, un anti-diabétique administré comme coupe-faim. On ne connaît pas encore le nombre total de femmes qui ont souffert des effets secondaires de Diane 35, mais il y a eu au moins 6 cas mortels, alors qu'il est avéré que des milliers de personnes, voire beaucoup plus, ont été victimes du Mediator. Avec cette nouvelle affaire qui monte, les laboratoires craignent un durcissement réglementaire. Les décrets de la loi Bertrand, adoptée il y a un peu plus d'un an dans la foulée du scandale du Mediator, pourraient être encore plus sévères que prévu.

Les labos devront être plus transparents
 
Les nouvelles dispositions de cette loi dite de sécurité du médicament va obliger les laboratoires à plus de transparence. Les avantages accordés aux médecins par l'industrie devront être déclarés, et cela pour tous les cadeaux de plus de 10 euros, selon la rumeur qui court sur internet. Ensuite, c'est la fin des visites individuelles, les représentants des industriels rencontreront les prescripteurs dans des réunions collectives. Enfin, la loi prévoit des études d'impact en milieu réel, c'est-à-dire qu'on va s'intéresser aux effets d'un médicament prescrit. Etudes qu'il faudra bien financer. L'industrie qui commence seulement à renouer avec la croissance, n'a pas envie de voir ses marges grignoté par ces nouveaux règlements qui doivent être publiés dans les prochains jours.
 
Les nouvelles exigences supportables pour cette industrie
 
La pharmacie est en bonne santé, elle fait partie des rares industries françaises en croissance. Ensuite, les industriels français du médicament gagnent surtout de l'argent à l'exportation. Après une année 2011 calamiteuse, ils ont redressé leur production l'année dernière, grâce au marché extérieur. Le contexte français de restriction budgétaire pour les dépenses de santé, ainsi que la promotion du générique, rend de toute façon leur métier beaucoup moins rentable sur le plan domestique. Quand ils font planer la menace de ne pas sortir de nouveaux médicaments sur le marché français s'il devient trop contraignant, on a du mal à les prendre au sérieux, ils se priveraient d’une occasion de doper leurs ventes sur le plan national. Par ailleurs, il faut savoir qu'aucune nouvelle molécule n'est attendue cette année.
 
Qu'est-ce qui justifient vraiment leurs plaintes ?
 
Sans doute le climat de défiance à l'égard du médicament dans un pays qui en est pourtant l'un des plus gros consommateurs. Ils estiment que les pouvoirs publics doivent faire de la pédagogie sur l'usage et les risques du médicament. Et puis les industriels mettent le doigt sur une réalité souvent occultée. L'argent des labos sert à la collectivité pour financer des recherches comme pour accompagner les médecins dans l'usage des médicaments. Un seul chiffre pour l'illustrer : il y a 18 000 visiteurs médicaux envoyés par les labos auprès des médecins et seulement 1 000 délégués salariés de l'Assurance maladie pour éclairer ces médecins sur l'usage d'une molécule.
 

Le cap du milliard de touristes à a été franchi en 2012

Ni la crise ni les tensions géopolitiques n'ont réussi à décourager les voyageurs. L'année dernière leur nombre a augmenté de 4 %. Les destinations les plus prisées sont les mêmes qu'en 2011, l'Asie et le Pacifique sont en tête suivies du continent africain.

Le nombre de créations d'entreprise françaises en 2012

Il est de 550 000. Ce chiffre témoigne du dynamisme des entrepreneurs français. et surtout des chômeurs. Car c'est grâce à la hausse des entreprises individuelles et des autoentreprises que la France conserve le même niveau de création d'entreprise que l'année précédente. Le nombre de nouvelles sociétés lui est en recul de 6 %.

Une recette bourguignonne pour renflouer les caisses de l'action sociale : la vente aux enchères de grands crus

La ville de Dijon innove en la matière. La vente a rapporté 150 000 euros, 80 % de cette somme ira à la caisse communale d'action sociale. Le reste servira à regarnir la cave de la mairie. Le Financial Times appelle cela l'austérité à la française.
 

 

 


Sur le même sujet

  1. 1
  2. 2
  3. 3
  4. ...
  5. suivant >
  6. dernier >
Les émissions
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.