GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Flambée du riz basmati en Europe

    Récolte de riz dans la région du Pendjab. Getty Images

    L'Inde a produit beaucoup moins de riz basmati cette année. Ce riz haut de gamme se fait très rare dans les ports européens, et les prix flambent.
     

    C'est un comble : alors que l'Inde et la Thaïlande croulent sous le riz, que le prix mondial du grain blanc stagne depuis plus d'un an, le prix du riz basmati, lui, s'envole. C'est que ce riz exclusivement destiné à l'exportation provient d'une région bien précise du nord de l'Inde et du Pakistan, le Pendjab. En 2011, les paysans du Pendjab avaient produit beaucoup de riz basmati. Ils ont alors vu les prix à l'exportation s'effondrer. Echaudés, ils en ont planté presque deux fois moins l'été dernier. En Inde, il était plus rentable de cultiver du riz blanc de base : on peut le récolter deux fois l'an, et il est en plus subventionné par le gouvernement de New Delhi.

    Cette baisse de production du riz basmati, les importateurs européens l'avaient observée. Ils s'attendaient donc logiquement à une hausse des prix à partir de l'automne. Mais c'est à une véritable flambée qu'ils sont confrontés : la tonne de basmati est passée de 700 dollars à 1 300 dollars en un an ! C'est pourquoi les courtiers et les négociants européens soupçonnent les exportateurs indiens de spéculer. Ils feraient de la rétention des grains pour renégocier à la hausse les contrats, voire ne pas les honorer du tout. Les exportateurs indiens peuvent se le permettre, ils ont reçu beaucoup d'argent depuis la naissance d'une banque centrale indo-iranienne, qui a débloqué un gros paiement de riz indien dû par l'Iran.

    C'est pourquoi la hausse des prix de ce riz de luxe n'est peut-être pas terminée. L'Europe est devenue très friande de riz basmati, c'est la moitié de la consommation de riz en Grande-Bretagne, plus du tiers en France. Mais l'Iran, l'Irak et l'Arabie Saoudite sont prêts à renchérir, et sur des volumes beaucoup plus importants. L'Europe pourrait donc connaître une pénurie de riz basmati, estiment les importateurs, si les prix payés par la grande distribution ne s'alignent pas très vite. Il faut donc s'attendre à une hausse du prix du paquet de riz basmati dans les rayons des supermarchés européens dans les deux ou trois mois qui viennent.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La passion de l'or très difficile à éteindre en Inde

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Un Forum international des producteurs de thé pour soutenir les prix... mais on est loin du cartel

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Thaïlande n'est plus le premier exportateur mondial de riz

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'Inde libère une partie de ses lourds stocks de blé

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les cours du coton plombés par les stocks

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La roupie indienne a atteint le taux le plus bas de son histoire face au dollar

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les marchés pétroliers menés par la Grèce plus que par l'Iran ou l'Inde

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.