GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • «Pas d'information sur un drone perdu aujourd'hui» par l'Iran (Zarif)
    • Catastrophes aériennes: Boeing provisionne 4,9 milliards de dollars en raison de l'immobilisation du 737 MAX
    • Les États-Unis ont abattu un drone iranien au-dessus du détroit d'Ormuz (Trump)
    • Juin 2019, mois de juin le plus chaud sur Terre depuis 140 ans (National Oceanic and Atmospheric Administration)
    • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting

    Le minerai de boeuf, matière première de l'industrie agro-alimentaire

    La découpe du boeuf. DR

    Après le minerai de cuivre, le minerai de fer, voici le minerai de boeuf ! Une matière première révélée au grand jour par l'affaire des lasagnes à la viande de cheval.

    Le minerai de boeuf existe depuis qu'aux Etats-Unis, puis en Europe, on a cessé de cuisiner le pot au feu ! Le résumé est rapide, mais pas si éloigné de la réalité. Les consommateurs ne voulant plus que des morceaux nobles de l'arrière du boeuf, entrecôtes ou filets, il a fallu trouver une nouvelle destination aux morceaux de l'avant, qu'on prenait autrefois le temps de mijoter pour les attendrir. C'est ainsi qu'est né... le steak haché.

    L'ensemble des bas morceaux nécessaires au steak haché est devenu une matière première à part entière : le minerai de boeuf, que l'industrie s'est mise à utiliser à utiliser de plus en plus pour la fabrication de ses plats préparés. D'un commerce de carcasses, on est passé à un commerce de morceaux. Un commerce international.

    La France, par exemple, manque de morceaux nobles, elle doit donc importer des morceaux arrière. En revanche elle a trop de morceaux avant, mais elle préfère les exporter cher dans les pays du Moyen-Orient, où l'on continue à les cuisiner, plutôt qu'à les vendre à vil prix à l'industrie agro-alimentaire.

    Depuis deux ans, que les prix mondiaux du boeuf grimpent, les intermédiaires, bureaux de vente ou courtiers en viande, ont du mal à dégoter le minerai de boeuf bon marché que l'industrie leur demande. Parfois ils en importent du Brésil. De là à maquiller de la viande de cheval en viande de boeuf pour profiter de l'énorme écart de prix... on verra ce que révèle l'enquête.

    Normalement les sacs de minerai de boeuf d'origine européenne sont étiquetés et dotés d'un code barre, ce qui a d'ailleurs permis de retrouver l'origine de la viande. Peut-être y-a-t-il eu fraude ? Mais c'est la fragilité de l'espace européen, qui n'a plus de frontières intérieures, et donc plus de douanes. Tout repose sur les autorités sanitaires ou de lutte contre la fraude dans chaque Etat membre, et elles sont débordées.

    Un contrôle accru de la part des opérateurs privés serait salutaire pour toute la filière.

    Prochaine émission

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales

    Bitume et granit, des marchés tendus en France à l'approche des municipales
    A neuf mois des municipales les chantiers urbains s'accélèrent en France. Ce qui entraîne des difficultés d'approvisionnement en granit et en bitume.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.