GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 24 Juillet
Lundi 25 Juillet
Mardi 26 Juillet
Mercredi 27 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 29 Juillet
Samedi 30 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Le libre échange transatlantique porté par le président Obama

      Dans son discours sur l'état de l'Union le président Obama a appelé de ses vœux un accord de libre échange entre les Etats-Unis et l'Union européenne, un nouveau souffle pour le commerce transatlantique?

      Si l'élan est maintenu, les négociations pourraient commencer en juin prochain. Car ce projet de grand marché océanique suscite un enthousiasme certain des deux côtés de l'Atlantique. L'Union européenne escompte un demi point de croissance annuel supplémentaire de ce rapprochement. Et le président Obama en a fait une de ses priorités.

      Plus d'échanges, c'est la promesse de création de nouveaux emplois de part et d'autre. Pourtant à première vue un tel accord ne bouleversera pas les échanges entre les deux plus grandes zones économiques du monde. Parce que les relations commerciales sont déjà très importantes ; elles représentent le tiers des échanges mondiaux. Et parce que les barrières tarifaires entre elles sont faibles, en moyenne de l'ordre de 3%.

      Un message politique
       
      C'est un vrai message politique, à vocation tant interne qu'externe. Côté américain, le président Obama qui entame son dernier mandat sait qu'il est libéré des poussées protectionnistes du camp républicain, il peut donc jouer cette carte sans avoir à ferrailler avec le Congrès.

      Aujourd'hui, la zone euro en piètre forme sur le plan économique, n'est plus perçue comme une menace pour les emplois américains. De ce côté-ci de l'Atlantique, cela valide l'option de l'union européenne, Washington a visiblement trouvé le bon numéro de téléphone pour parler à son partenaire historique et cela remet en perspective les velléités exprimées notamment par les Britanniques de s'écarter de l'Union. Enfin c'est un message que les deux puissances occidentales envoient au reste du monde.

      Les deux premiers marchés de la planète globalisée ont choisi de se rapprocher, parce que les Etats membres de l'organisation mondiale du commerce n'ont pas réussi à s'entendre sur la libéralisation accrue des échanges. Les négociations commencées il y a plus de dix ans ont échoué. C'est aussi un message adressé à la Chine. Dans la compétition internationale, Washington et Bruxelles ont compris qu'ils ont des intérêts communs.
       
      La bonne volonté suffira-t-elle ?
       
      Les deux parties ont décidé d'insister non pas sur les barrières douanières qui sont globalement basses mais sur l'harmonisation des règlements, des standards, ce sont aujourd'hui dans ces détails que le protectionnisme est le plus pernicieux. Mais il reste néanmoins des secteurs encore protégés de part et d'autre qui seront difficiles à libéraliser.

      Le textile ou le transport maritime côté américain, l'agro-alimentaire côté européen. Pas sûr que les Européens aient envie de laisser le boeuf, le porc et le soja transgénique américain atterrir dans leurs cuisines.
       

      Arnaud Montebourg ressort la menace d'une intervention de l'Etat à Florange, le site qu'Arcelor Mittal veut fermer

      Le ministre du redressement productif évoque des droits de douane sur les importations d'acier d'Arcelor Mittal, et répète que la nationalisation est toujours une option sur la table. Il a été visiblement ragaillardi par l'action de Bruxelles sur le dossier de la sidérurgie. Bruxelles a demandé hier au groupe indien de surseoir à la fermeture des sites européens, sans succès, Lakshmi Mittal a rejeté la requête de la commission.

      Brad Pitt et Angelina Jolie se lancent dans la production vinicole


      Le couple le plus célèbre du cinéma américain va utiliser son nom pour vendre le vin issu du vignoble du château de Miraval dans le sud-est de la France, domaine qui leur appartient et où ils passent une partie de l'année. Pour cela,ils ont créé une co-entreprise avec la famille Perrin spécialisée dans les grands vins de Provence. Le Château de Miraval Jolie-Pitt 2012 sera bientôt présenté chez les cavistes.

       

      1. 1
      2. 2
      3. 3
      4. ...
      5. Suivant >
      6. Dernier >
      Les émissions
      Commentaires
       
      Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.