GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le gisement de gaz Aphrodite va-t-il contribuer à sauver Chypre ?

    Plateforme d'extraction de gaz naturel en mer. Getty Images/Phillip Spears

    Chypre retourne aux urnes dimanche pour le second tour de la présidentielle. L'île est asphyxiée financièrement alors que ses eaux recèlent peut-être des quantités de gaz gigantesques.

    Chypre a besoin, pour renflouer ses caisses, et surtout celles de ses banques, de 17 milliards d'euros. C'est énorme, l'équivalent de son Produit intérieur brut, mais finalement ce n'est rien par rapport aux 600 milliards d'euros que l'île pourrait tirer de son gaz. Il y a un peu plus d'un an, la compagnie pétrolière américaine Noble découvre dans les eaux chypriotes un grand gisement gazier, elle le baptise Aphrodite. Mais jusqu'à présent, les bailleurs de fonds ont considéré comme trop risqué de prendre en compte cette richesse potentielle pour garantir un prêt à Chypre.

    D'abord les réserves réelles ne sont pas connues. On ne saura qu'à l'automne, après de nouveaux forages en eau très profonde si le gisement Aphrodite est viable commercialement. Il y a aussi des risques politiques : la Turquie est opposée à l'exploitation du gaz par Chypre dans des eaux qu'elle estime être en partie les siennes. Enfin, dix ans pourraient s'écouler avant que Chypre puisse exporter son gaz, il faudra construire une usine de liquéfaction, à défaut de gazoducs possibles vers la Turquie.

    Pourtant, on sent depuis peu une inflexion nette des propos des grands argentiers. Hier, le directeur général du Mécanisme européen de stabilité (MES) a estimé que l'on pouvait prendre en compte la future production de gaz de Chypre pour négocier son plan de sauvetage. La souplesse est désormais de mise, il faut agir vite, on craint la contagion de la crise chypriote à la zone euro, à peine stabilisée financièrement. Et puis les compagnies française Total et italienne Eni se sont vu attribuer de nouveaux blocs en début d'année dans les eaux chypriotes, ce qui contribue à consolider les projets gaziers, face à l'animosité turque.

    Le nouveau président chypriote devra achever de convaincre la troïka (Union européenne, Banque centrale européenne et FMI). Mais la persuasion est fille d'Aphrodite, alors tous les espoirs sont permis.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      A défaut de gaz de schiste, la France va-t-elle exploiter son gaz de houille?

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      GDF Suez met les gaz vers les pays émergents

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'hélium, un gaz devenu trop rare pour en gonfler des ballons

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Grande-Bretagne autorise l'exploration du gaz de schiste

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.