GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 19 Juin
Jeudi 20 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • États-Unis: énorme saisie de 16,5 tonnes de cocaïne sur un bateau à Philadelphie (procureur)
    • Trump annonce un changement à la tête du Pentagone: Mark Esper remplace Patrick Shanahan
    • Royaume-Uni: cinq candidats pour succéder à Theresa May, Boris Johnson confirme son avance au 2e tour
    • Enfant tué à Lorient: le chauffard mis en examen pour homicide involontaire aggravé (parquet)
    • Japon: avis de tsunami intégralement levé sur la côte nord-ouest
    • Entrée de la Macédoine du Nord et de l’Albanie dans l’UE : la décision reportée à octobre
    • Le hacker franco-israélien Ulcan renvoyé aux assises pour un canular mortel
    • Siemens annonce la suppression de 2.700 emplois dans le monde
    • Égypte: Erdogan participe à une prière funéraire pour Morsi à Istanbul
    • France: l'Assemblée nationale adopte le projet de loi sur les mobilités en première lecture
    • BCE: Draghi rejette les accusations de Trump de manipulation des taux de change
    • Tunisie: vote d'amendements controversés écartant des candidats à la présidentielle

    Les réformes Schröder, un bilan discuté

    L'ancien chancelier allemand, Gerhard Schröder. SPD-Schleswig-Holstein/ Wikimedia Commons

    Il y a dix ans tout juste aujourd'hui, le chancelier allemand Gerhard Schröder lançait au Bundestag la grande réforme censée relancer la compétitivité du pays, l' « Agenda 2010 ». Mission accomplie, l'Allemagne est devenue le premier de la classe européenne, et pourtant le bilan de ces réformes ne fait pas l'unanimité.

    Pour ranimer l'Allemagne, surnommée alors « l'homme malade de l'Europe », à cause de sa croissance atone, de son chômage de masse, le chancelier social démocrate taille à coup de hache dans l'Etat providence. Les impôts diminuent et les prestations sociales aussi. Santé, école, retraite, marché du travail, tout y passe. On retiendra surtout de ces réformes le durcissement du traitement social du chômage. L'indemnisation est raccourcie de quasiment trois ans à une année et si le demandeur d'emploi n'a pas retrouvé de travail, il est obligé d'accepter ce qu'on lui propose. La création des mini boulots payés 450 euros par mois favorise les embauches, dès 2008 le chômage est divisé par deux. La croissance fait le reste et l'Allemagne devient le modèle à suivre quand éclate la crise de la dette.

    L'assainissement des finances publiques fait école à travers l'Union européenne

    Berlin, qui arrivera à l'équilibre budgétaire en 2015, et qui est bien le seul Etat européen dans cette position, a effectivement réussi à imposer l'austérité dans tous les pays aux finances délabrées. Avec des bonheurs divers. On réalise à contrecoup que cette politique qui a fait ses preuves en Allemagne, quand c'était le seul pays à l'appliquer, devient très vite contre-productive quand elle est généralisée comme c'est le cas en ce moment. En ce qui concerne la libéralisation du marché du travail, l'Espagne tente aujourd'hui de s'en inspirer dans son plan présenté cette semaine pour résorber le chômage des jeunes. Mais c'est sans doute le seul pays à emprunter cette voie, car cette politique qui a aggravé les inégalités commence à être remise en cause par l'ensemble de la classe politique allemande. Le nombre de pauvres aurait progressé de 8 à 15 millions en dix ans selon une étude confidentielle réalisée par l'ambassade de France à Berlin (une info du magazine Challenge). Les deux grands partis qui se préparent à une élection à l'automne soutiennent tous les deux la mise en place d'un salaire minimum tant les salaires les plus bas se sont affaissés. Avec les mini jobs exemptés de cotisations sociales, de plus en plus de salariés allemands arrivent à l'âge de la retraite en sachant qu'ils ne toucheront pas de pension. Une situation qui devient très compliquée dans ce pays vieillissant.

    Malgré ces dommages, la plupart des économistes allemands estiment que les réformes ont joué un rôle dans la reprise

    Mais pas forcément le rôle principal qu'on leur attribue volontiers. Un journaliste français va beaucoup plus loin. Guillaume Duval,dans son livre intitulé Made In Germany, le modèle allemand au-delà des mythes, soutient que le rebond a eu lieu malgré les réformes Schröder. Ce sont surtout les atouts historiques de l'Allemagne qui lui ont permis de mieux traverser la crise. Par exemple, la fameuse co-gestion entre syndicat et patronat qui facilite les accords de branche pour traverser les crises. Et puis une conjonction inouïe : la spécialisation de son économie dans les machines-outils lui a offert sur un plateau la clientèle des pays émergents en train de construire pièce par pièce leur industrie nationale.
     

    En bref dans l'économie

    Les Qataris s'intéressent aussi au Royaume-Uni

    L'émirat, connu pour ses investissements sur le sol français, est aussi très présent chez nos voisins d'outre-Manche et il a entamé des discussions pour y renforcer sa présence. Il pourrait injecter plus de 11 milliards d'euros dans l'économie britannique et indirectement soutenir un projet bien français puisqu'il envisage de participer au financement de la centrale nucléaire de Hinckley Point, qui sera construite par EDF.

    La Grèce aurait été maltraitée par les instances internationales

    C'est une étude de l'Organisation bancaire internationale qui l'affirme. Ses auteurs trouvent que les objectifs d'assainissement budgétaire assignés aux Grecs par le FMI et l'Union européenne étaient irréalistes. A contrario, le régime d'austérité imposé à l'Irlande était beaucoup plus doux. C'est pourquoi l'Organisation internationale des banques demande un assouplissement des règles et une petite rallonge budgétaire pour Athènes. Une étude à la disposition des dirigeants européens réunis en ce moment à Bruxelles pour le sommet de l'Union. La Grèce, qui doit se serrer la ceinture depuis maintenant trois ans, entame sa sixième année de récession. 

     


    Sur le même sujet

    • Bonjour l'Europe

      Gerhard Schröder : une brillante reconversion de la politique aux affaires, une reconversion qui passe mal en Allemagne

      En savoir plus

    • ZONE EURO

      Crise de la dette : l’Allemagne veut rester sereine

      En savoir plus

    • Zone euro

      Crise de la dette: Angela Merkel reçue à Madrid avec les honneurs

      En savoir plus

    • Union européenne / Sommet

      Un nouveau sommet européen pour sortir de la crise et relancer la croissance

      En savoir plus

    • Accents d'Europe

      Avec la crise, les Grecs se chauffent de tout bois !

      En savoir plus

    Prochaine émission

    États-Unis: croissance et signes avant-coureurs de récession.

    États-Unis: croissance et signes avant-coureurs de récession.
    Quasiment quatre ans jour pour jour après s'être lancé dans la course à la présidentielle américaine, Donald Trump lance officiellement sa campagne pour un second mandat en 2020. Ce mardi, en Floride, il devrait vanter les résultats de ce qu'il appelle (…)
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.