GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Irak: un engin explosif fait au moins un mort près d'un rassemblement de contestataires à Bagdad (autorités)
    • Éliminatoires CAN 2021: la Mauritanie tient tête au Maroc, 0-0; la Tunisie écrase la Libye, 4-1
    • CAN U23: Égypte-Afrique du Sud et Côte d’Ivoire-Ghana en demi-finales
    • France: l'Assemblée fait marche arrière sur l'huile de palme en maintenant son exclusion des biocarburants

    2 - Bollywood Teranga : les médias «indophiles» au Sénégal

    Celles et ceux qui ont voyagé au Sénégal savent, en général, que le cinéma de Bollywood et sa musique y sont très prisés. Ce qu'elles et ils savent moins, c'est que des dizaines d'émissions radio décryptent chaque semaine la culture «Hindou» comme, par déformation, on appelle la culture populaire indienne au pays de la Teranga. Nombreux sont les animateurs et les indophiles qui parlent Hindi et traduisent, pour leurs compatriotes, les paroles de chansons d'un pays qu'ils n'ont jamais visité. Découverte et décryptage de l'amour de l'Inde dans les médias au Sénégal, avec ce reportage réalisé en collaboration avec l'Afrique Enchantée de France Inter.

    C'est en parlant avec mon ami Oumar Wane, il y a un an, que j'ai réalisé la place qu'occupe la culture indienne dans le quotidien et le cœur de centaines de milliers de Sénégalais. Je connaissais, bien sûr, le goût des populations d'Afrique pour le cinéma de Bollywood. Quand j'ai commencé à travailler sur le continent, nombreuses encore étaient les salles qui diffusaient en boucle les films indiens. Aujourd'hui, la télévision et les DVD alimentent encore cette passion. Quand Oumar m'a décrit les foules gigantesques venues accueillir Pallavi Kukarni, actrice de la série Vaidehi, lors d'un passage au Sénégal. Quand il m'a parlé d'Amadou Bâ Diagne, Mamadou Pam, Mamadou Kane, stars de la radio et de la télé capables de raconter, traduire, décrypter, chanter, des centaines de chansons hindies. Quand Oumar m'a relaté sa propre passion pour la culture indienne, insistant sur le Kérala, le Rajasthan m'expliquant leur culture, leurs traditions...qu'ils semblait si bien connaître sans jamais y être allé... Quand j'ai réalisé tout cela, j'ai compris que nous devions relater cette histoire.

    Oumar Wane, passionné de culture et de cinéma indiens. DR

    Les véritables stars planétaires 

    Les voies de la culture mondiale sont méconnues. Alors qu'en Europe et en Amérique, chacun a l'impression qu'Hollywood est le centre de l'univers people. Il suffit de faire un pas de côté, refaire les calculs (1 milliard + 1 milliard + 1 milliard...) pour se rendre compte que la vraie culture populaire mondiale est avant tout asiatique. Pour mes amis Sénégalais, les stars interplanétaires ne sont ni De Niro, ni Di Caprio, ni Madonna... Les personnalités qu'ils vénèrent se nomment Amitabh Bachchan, Aamir Khan, Aishwarya Rai... 

    Bollywood Teranga : les médias indophiles au Sénégal est une invitation à regarder notre monde différemment. Pour beaucoup de nos auditeurs, ce reportage raconte des faits, des événements, des phénomènes qu'ils connaissent. Pour d'autres, il éclaire une réalité mal connue et peu comprise de la diffusion des cultures mondiales.

    Amadou Bâ Diagne : le patriarche 
    Sur la route de Bollywood Teranga, notre première rencontre a été celle du père. Présenté (à tort) comme le premier animateur radio du Sénégal à avoir consacré des émissions à la culture indienne, Amadou Bâ Diagne est assurément le plus connu des indophiles.

    Amadou Bâ Diagne au mariage de sa nièce. DR

    Malgré son bel âge, l'homme a gardé un dynamisme et une verve hors normes. Nous l'avons rejoint, avec Simon et avec l'équipe de l'Afrique enchantée, dans le quartier de Pikine où sa nièce se mariait. Il était très honoré de faire l'objet de notre visite. Il avait préparé sur un modeste bout de papier, dans une écriture soignée, une biographie que Vladimir Cagnolari a conservée. Bien qu'imprécis sur certaines dates et sur la chronologie, Bâ Diagne a encore une excellente mémoire. Il se souvient des paroles de centaines de chansons qu'il peut traduire couplet par couplet. Il se souvient aussi du nom de ses émissions sur la RTS. L’Inde, pays au 1000 visages en français, Musique et culture de l’Inde en wolof, lancées dès en 1982. Des émissions qui ont rendu l'animateur célèbre dans tout le pays. Bâ Diagne s'est aussi distingué par son activité culturelle et ses talents de chanteur au sein du Rajasthan Club (un aspect exploré plus avant par nos collègues de l'Afrique Enchantée

    La première émission sur l'Inde au Sénégal

    Comme me l'a expliqué Idi Sidibé, banquier à la retraite et indophile, il existait déjà des émissions radio à l'échelle locale et nationale de décryptage de la culture indienne au Sénégal avant celles de Bâ Diagne. Au début des années 60, Ballabasse Diallo a commencé une émission consacrée à la chanson et aux films indiens sur Radio Sénégal. Un certain Clédor Diagne lui aurait succédé selon Baïdy Dia. C'est ce dernier, Baïdi Dia, qui a repris l'émission de 1965 à 1970, il était en duo avec Amadou Tall, devenu, comme il me l'a dit «un grand marabout» au Sénégal. L'émission de Dia et Tall s'appelait Echos d'Orient et passait le lundi de 14h00 à 15h00. Baïdy Dia vit aujourd'hui en France, où il exerce les métiers de réalisateur et d'assureur (pour gagner son pain).
     

    Idi Sidibé, jeune retraité, indophile autoproclamé. DR

    En 1970, Baïdy Dia a été le premier à décrocher une bourse du gouvernement indien pour aller étudier le cinéma en Inde. En 1973, il est rentré au pays et a repris son émission jusqu'en 1978. C'est peu après que Bâ Diagne a repris le concept avec un talent qui lui valut une grande célébrité dans le pays.

    Les phénomènes Mamdou Pam et Vaidehi

    Selon Idi Sidibé, l'indophilie s'est essoufflée dans les médias sénégalais, à la fin des années 80. Elle a été relancée dans les années 90 par un premier phénomène : Mamadou Pam. Ce jeune passionné de culture, de chanson et de cinéma indiens a réussi à apprendre seul le Hindi et a commencé en 1995 à animer une émission consacrée à ces thèmes sur la radio, puis la télé sénégalaise.

    Le second phénomène est la série télévisée Vaidehi. A en juger par les foules venues accueillir son actrice principale, Pallavi Kukarni, une comédienne pratiquement inconnue en Inde, mais célébrissime au pays de la Teranga, Vaidehi a été un immense succès populaire au Sénégal. C'est, selon Sidibé, ce qui a encouragé la création de programmes consacrés à l'Inde dans presque toutes les radios nationales et locales du pays.

    L'amour de la culture indienne au Sénégal est encore très puissant. Cela étant, il semble concerner surtout les générations de 30 ans et plus. Selon Oumar Wane, les plus jeunes sont aujourd'hui branchés internet et culture américaine.

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.