GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Samsung contre Apple, la revanche des émergents

    Une vendeuse présente le nouveau Galaxy S4 de chez Samsung, dans une boutique de de Taïpei, le 8 avril 2013. REUTERS/Pichi Chuang

    Semaine sous haute tension pour les deux géants du portable, tandis que le Sud-Coréen Samsung lance la commercialisation de son nouveau smartphone, l'Américain Apple encaisse les coups à la Bourse.

     

    Avec le Galaxy S4 qui sera disponible à partir de mercredi dans plus de 150 pays, Samsung entend bien asseoir sa suprématie sur le segment des smartphones haut de gamme. Déjà numéro un mondial des ventes de portables, devant Nokia, détrôné l'année dernière, Samsung veut maintenant conforter sa place de numéro un des ventes de smartphones où il fait la course en tête avec Apple. Sauf que sur ce type de produit les marges du constructeur américain sont deux fois plus juteuses. Le Sud-Coréen cherche donc à monter en gamme pour dégager plus de bénéfices, une stratégie que doit couronner le Galaxy S4.

    Et Samsung a mis le paquet. Techno d'abord en proposant un écran innovant qui permet de changer de page d'un simple coup d'oeil. Commercial ensuite avec un budget faramineux pour séduire les futurs utilisateurs. Le champion sud-coréen semble en mesure de réaliser l'objectif qu'il s'est fixé, ces résultats du premier trimestre seraient en nette hausse. Apple lui est en perte de vitesse. Tous les analystes s'attendent à des résultats trimestriels décevants. Ils seront connus mardi en fin de journée, après la fermeture de Wall Street. 

    La Silicone Valley ne ferait plus le poids face au champion émergent ?

    On peut lire effectivement la montée en puissance de Samsung comme une fable de l'économie globale. Apple a joué à fond la carte de la mondialisation pour faire baisser ses coûts en délocalisant la fabrication tout en conservant la conception en Californie. A contrario, Samsung a privilégié l'intégration verticale. Cela rogne ses marges mais lui donne une meilleure maîtrise de la chaîne de production. Pour le conglomérat qui pèse 20% du produit intérieur brut de la Corée du Sud, c'est aussi une façon de rendre la monnaie de la pièce à un Etat qui a favorisé son essor. C'est un peu la revanche d'un capitalisme nationaliste qui a fait ses preuves en Asie sur le modèle des multinationales américaines.

    Des titans chahutés

    Cela dit, dans des environnements culturels très différents, les deux titans sont tous les deux chahutés dans leur propre pays. L'omnipotence de Samsung est de plus en plus mal supportée par les Sud-Coréens qui demandent plus de démocratie économique. Le plus grand conglomérat familial au monde a cédé quelques miettes de son empire, en l'occurrence une chaîne de boulangerie pour calmer les critiques.

    Sur le sol américain c'est la bourse qui est en train de défaire la réputation d'Apple. Après avoir été portée au pinacle, l'action du groupe qui a culminé à 700 dollars est en train de s'effondrer, elle vaut aujourd'hui moins de 400 dollars. Une descente aux enfers exagérée par rapport aux performances du groupe. Pour gérer les caprices du marché, et pour reprendre la main face à Samsung, Apple est contraint à l'innovation.

    En Europe, le chœur des opposants à l'austérité s'amplifie de jour en jour, avec des personnalités de premier plan

    Le président de la Commission Manuel Barroso en personne a estimé aujourd'hui que la relance doit maintenant remplacer la rigueur. en France, c'est l'ancien patron d'EADS, le très respecté Louis Gallois, qui a émis cette opinion. Enfin, le directeur du fonds obligataire Pimco est encore plus éloquent. Pour Bill Gross, il faut maintenant dépenser, demande-t-il au gouvernement britannique comme à ceux des pays de la zone euro.

     
    La Grèce propose des titres de séjour aux étrangers qui veulent bien investir dans l'immobilier

    Qu'ils soient locataires ou propriétaires, les étrangers qui dépenseront plus de 250 000 euros dans la pierre grecque pourront bénéficier d'un permis de séjour valable cinq ans étendu à l'ensemble de leur famille. Avec cette initiative, le gouvernement veut relancer le marché immobilier, et par conséquent le bâtiment. La construction était avant la crise le moteur de l'économie grecque.

     


    Sur le même sujet

    • Etats-Unis

      Procès Apple: l'amende géante de Samsung en partie invalidée

      En savoir plus

    • Corée du Sud

      Corée du Sud: Samsung dans une forme éblouissante malgré le procès intenté par Apple

      En savoir plus

    • Economie

      Après sa défaite contre le géant américain Apple, Samsung n'a pas dit son dernier mot

      En savoir plus

    • Informatique

      Apple-Samsung: guérilla judiciaire mondiale sur les brevets

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.