GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 27 Juin
Vendredi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La Commission européenne enquête sur les prix du pétrole

    Comment savoir à quel prix se sont réellement échangées les cargaisons de pétrole brut, d'essence, de gazole, de kérosène ? AFP/Philippe Huguen

    Y a-t-il eu entente sur les prix du pétrole entre les compagnies BP, Shell, Statoil voire Eni, qui ont reçu la visite des enquêteurs de la Commission européenne ?

    L'industrie pétrolière balaie d'un revers de main les soupçons de Bruxelles en expliquant qu'elle n'aurait eu aucun intérêt à fausser les prix du brut, étant donné qu'elle ne fait pas qu'en vendre, et qu'elle en achète aussi pour ses raffineries... Mais il faut reconnaître que le marché physique du pétrole reste bien opaque.

    Contrairement aux marchés à terme de Londres ou New York qui sont des marchés financiers de plus en plus régulés, le marché physique est un marché de gré à gré, où les contrats sont par définition confidentiels entre l'acheteur et le vendeur. Comment savoir à quel prix se sont réellement échangées les cargaisons de pétrole brut, d'essence, de gazole, de kérosène ? C'est là qu'entrent en scène les agences d'évaluation des prix appelées dans le jargon agences de « reporting ».

    L'agence Platts, mise en cause dans l'enquête de la Commission européenne est la plus ancienne, elle est presque centenaire. Son principal concurrent est Argus. Tous les jours, ces agences diffusent un prix indicatif des différents produits pétroliers. Le problème c'est qu'elles se basent sur un sondage et sur la bonne foi des opérateurs. Telle compagnie pétrolière dira qu'elle a vendu tant de cargaisons de Brent à tel prix, tel acheteur dira qu'il a offert tant d'un tanker de brut nigérian ou d'un cargo d'essence.

    Rien ne permet à Platts ou Argus de le savoir réellement, ces agences peuvent juste exclure les données qui leur paraissent aberrantes par rapport à la tendance du jour. Pourtant leurs prix sont considérés comme la référence par toute la filière, des réseaux de stations service aux compagnies aériennes, et jusqu'aux municipalités qui doivent se fournir en fuel. D'où l'importance de contrôler le fonctionnement de ces agences d'évaluation des prix. C'est ce qu'avait demandé le G20 en 2011. L'enquête de la Commission européenne va finalement dans le même sens.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Les stocks américains de brut sont au plus haut depuis trente ans

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Levée partielle de l'embargo pétrolier européen en Syrie: un geste symbolique en faveur des rebelles

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Gazprom s'allie à Shell pour forer l'Arctique et le pétrole de schiste en Russie

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Sortir du modèle tout diesel en France, c'est aussi le vœu de l'industrie pétrolière

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La hausse des prix du brut ne suffit pas aux profits des grandes compagnies pétrolières

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Mangue : une campagne compliquée pour l'Afrique de l'Ouest

    Mangue : une campagne compliquée pour l'Afrique de l'Ouest
    En Afrique de l'Ouest, la campagne de la mangue s'achève avec la production sénégalaise, toujours en cours. Une campagne en demi-teinte, malgré l'appétit croissant des Européens pour ce fruit.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.