GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    La pénurie de miel en France encourage les fraudes

    Des abeilles sur une plaque de miel. integration.gouv.ci

    La France doit importer de plus en plus de miel, avec des conséquences sur la qualité : 10% du miel en France serait frauduleux, son origine falsifiée ou sa composition modifiée.

    Heureusement, le Centre d'études techniques apicoles de Moselle, dans l'Est de la France, veille au grain, enfin, au pollen. Dans cet établissement, le miel ne peut pas mentir. Si l'on y décèle du pollen de théier, c'est qu'il ne peut pas avoir été récolté dans les ruches européennes, comme le prétend parfois l'étiquette. Mais il a de fortes chances d'avoir été récolté en Chine ! C'est la face illégale d'un commerce qui se développe à grand pas : la Chine exporte plus d'un tiers de sa production, la plus abondante au monde (300 000 tonnes). Et ses exportations progressent : + 10 % l'an dernier. Première destination : l'Europe, avec comme principales portes d'entrée le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne, d'où le miel est ensuite réexporté vers le reste de l'Europe, dont la France. La France qui doit importer désormais 65% du miel qu'elle consomme, puisque sa production a chuté de moitié depuis le milieu des années 1990, au rythme de la disparition des abeilles.

    L'Europe importe aussi beaucoup de miel d'Amérique latine, le miel foncé dont ne veulent pas les Etats-Unis. Mais cette année, cette qualité de miel va manquer en Argentine et au Mexique, ce qui veut dire que l'Europe sera en concurrence avec les Etats-Unis sur le miel clair sud-américain, et qu'elle devra donc le payer beaucoup plus cher. Il y a donc fort à parier que les Européens se tournent plus que jamais vers la Chine, où la récolte qui commence à peine se présente au contraire très bien.

    Le miel chinois reste sans commune mesure le plus compétitif au monde. Ce qui peut pousser quelques fraudeurs à le rebaptiser « miel européen » pour le revendre plus cher. La pénurie de miel en Europe encourage aussi à une autre forme de fraude : l'ajout d'eau et de sucre dans le miel, de plus en plus sous forme non pas de saccharose, qui est strictement limitée, mais de maltose, le sucre obtenu à partir d'amidon de céréales. Prudence donc quand le miel est très bon marché dans les rayons des magasins...


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La crise en Europe et moins de miel pour l'adoucir

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'industrie du café s'inquiète de l'approvisionnement futur

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Commission européenne enquête sur les prix du pétrole

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La Chine et le climat guident les prix de matières premières, selon le rapport Cyclope

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Le Brésil tente de relancer une production de pétrole en déclin

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.