GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Le plan des Etats-unis pour faire remonter les prix du sucre

    Champs de canne à sucre. Getty Images

    La planète produit plus de sucre qu'elle n'en consomme. Les Etats-Unis ont, eux aussi, un surplus qui fait chuter les prix. Ce qui pourrait coûter très cher aux finances publiques. L'administration américaine cherche des solutions.

    Le prix mondial du sucre est tiré vers le bas par les énormes récoltes du Brésil et de la Thaïlande. Mais le prix du sucre aux Etats-Unis n'est pas beaucoup plus élevé : les récoltes américaines de canne à sucre et de betterave sucrière ont été pléthoriques, et les Etats-Unis ont aussi dû importer du sucre mexicain libre de taxes. Avec un prix du sucre aussi faible sur le sol américain, la rentabilité des raffineurs est menacée. Or ils ont emprunté au gouvernement des crédits gagés sur la valeur du sucre. S'ils font défaut parce que le sucre reste sous les 20 cents de dollars la livre, qui devra leur racheter leur sucre ? L'administration américaine ! On comprend donc qu'elle ait intérêt à réduire le surplus de sucre aux Etats-Unis, pour faire remonter les prix. Pour ce faire, elle projette d'acheter une partie de ce surplus et de le revendre, même à perte, à l'industrie de l'éthanol qui, d'habitude, est produit partir du maïs aux Etats-Unis. Cette possibilité est inscrite dans la Farm Bill depuis 2008, mais n'a jamais été utilisée. Le temps de la mettre en place, il sera peut-être trop tard pour les premières échéances des raffineurs, en juillet prochain.

    En attendant, leurs quotas d'exportations ont été élargis. Une autre solution est envisagée : demander aux pays tiers qui ont l'autorisation d'exporter un quota de sucre vers les Etats-Unis, d'y renoncer pour ne pas aggraver le surplus américain. Mais pour ces pays, de l'Australie au Zimbabwe en passant par le Brésil, les Philippines ou la République dominicaine, cela signifiera un manque à gagner, car ils auraient tout de même été payés davantage de leur sucre aux Etats-Unis que sur le marché mondial. Alors l'administration américaine compte leur proposer une compensation en nature : un don de sucre de Louisiane !


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      La majorité du sucre blanc voyage désormais par conteneur

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les confiseurs européens ne profitent pas de la baisse des cours mondiaux du sucre

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      La planète croule sous le sucre

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les fermiers cambodgiens appellent au boycott du sucre de Tate and Lyle Sugars

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Accalmie des prix mondiaux du sucre

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Les producteurs de sucre européens refusent la fin des quotas dès 2015

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'Afrique devient un acteur majeur du marché du sucre

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Nouvelle pénurie européenne de sucre, en Allemagne

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'Inde exporte du sucre sans restriction pour la première fois depuis près de trois ans

      En savoir plus

    Prochaine émission

    Les exportations de poulets continuent de progresser en France

    Les exportations de poulets continuent de progresser en France
    La filière volaille tire la sonnette d’alarme en France. Les importations de poulets continuent d’augmenter. La perspective d’un Brexit dur et l'accord avec le Mercosur risquent d’accentuer le phénomène.
    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.