GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Avril
Vendredi 21 Avril
Samedi 22 Avril
Dimanche 23 Avril
Aujourd'hui
Mardi 25 Avril
Mercredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.

    Sauvetage raté de la Grèce : le FMI règle son compte à la troïka

    Dominique Baillard.

    Les experts du Fonds monétaire international battent leur coulpe. Dans le nouveau rapport d'évaluation du premier plan d'aide accordé à la Grèce, les économistes du FMI reconnaissent qu'ils se sont trompés dans leurs prévisions, et qu'ils ont trop tergiversé avec les Européens. Une autocritique qui ressemble à un règlement de compte.

    Ce mea culpa du FMI, c'est effectivement un nouveau coup de poignard à la troïka. Ce drôle d'attelage composé du FMI, de la commission de Bruxelles et de la BCE a été formé dans l'urgence pour sauver le soldat grec, et au-delà l'euro. Le voilà aujourd'hui discrédité, sur la forme comme sur le fond. Sur les erreurs d'appréciation, cette autocritique est un non-événement pour les Grecs. Commentaire lapidaire de l'actuel ministre des Finances : « Je leur avais bien dit ». Comme les économistes critiques souvent disqualifiés pour leurs convictions keynésiennes, comme les manifestants opposés à la purge, Yannis Stournaras avait prévenu : à haute dose, l'austérité peut paralyser le pays. C'est exactement ce qui s'est passé. Le retour de la croissance prévu en 2012 par le FMI n'a toujours pas eu lieu. Sur les dissensions au sein du triumvirat, le Fonds peu habitué à se faire dicter sa conduite, regrette d'avoir cédé à ses partenaires. Sa conviction : il fallait restructurer la dette grecque dès 2010, et ne pas attendre 2012 comme cela a été décidé après beaucoup d'atermoiements. 

     
    La Commission n'a pas beaucoup apprécié, elle dit être en désaccord total avec le FMI
     
    Voilà un beau cafouillage qui renforce la thèse de certains blogueurs grecs : d'après eux, le FMI en habit de nouveau repenti, pleure avec des larmes de crocodile. Avec la publication de ce rapport qui aurait dû rester confidentiel, il chercherait à faire pression sur l'Allemagne. Son but : contraindre l'Europe à desserrer la camisole de la rigueur. Et pas seulement en Grèce. Car ce n'est pas la première fois que le FMI reconnaît ses erreurs d'analyse dans la gestion de la crise européenne. Son économiste en chef, Olivier Blanchard, a convenu l'automne dernier que l'austérité pouvait être contre-productive.
     
    L'heure de vérité pour des institutions qui se sont érigées en donneuses de leçon
     
    Mais cela ne doit pas occulter les erreurs des premiers concernés, les Grecs. Non seulement les gouvernants ont d'abord maquillé les comptes publics, mais ils continuent à faire la sourde oreille aux demandes pressantes de réforme structurelle. Juste un exemple. Ce pays de cocagne pour la culture des tomates en importe des Pays-Bas parce qu'elles sont moins chers, même transportées par avion. Pourquoi une telle aberration économique? Parce que le tout-puissant du syndicat des camionneurs grecs impose des conditions et des tarifs exorbitants au transport domestique, c'est une économiste du FMI qui raconte cette anecdote. Une instance qui aime bien avoir le dernier mot.
     

    Aux Etats-Unis, l'économie informelle est en plein essor avec la pratique du pourboire

    Les patrons américains ont abaissé le salaire des employés pouvant prétendre à un pourboire, de 7 à 2 dollars de l'heure dans le secteur de la restauration, par exemple. C'est autorisé par la loi. La pratique du pourboire est courante pour une trentaine de métiers aux Etats-Unis contre une quinzaine seulement aux Pays-Bas. Le revenu de 6 millions de salariés américains dépend donc de la générosité des clients. Pas facile par temps de crise : les pourboires se réduisent comme peau de chagrin tandis que les entreprises sont de plus en plus nombreuses à souscrire à ce régime.
     
    En Italie, les gangsters s'en prennent de moins en moins aux banques, la crise les décourage ?
     
    Comme elles sont à court de liquidités pour leurs clients conventionnels, elles ne seraient plus des cibles de choix pour les voleurs. Plus sérieusement : les dispositifs de sécurité ont été renforcés pour dissuader les braqueurs. Les attaques ont reculé de 15% en 2012. L’Italie reste le pays européen où cette forme de criminalité est la plus répandue.

     

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.