GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    Les Etats-Unis et l’Union européenne entament les discussions sur l’accord de libre-échange

    DR

    Les Etats-Unis et l'Union européenne entament aujourd'hui, lundi 8 juillet, les négociations sur un accord de libre-échange. Les délégations se retrouvent pendant une semaine à Washington. Elles se retrouveront tous les deux mois dans la capitale américaine ou à Bruxelles. Dans le meilleur des cas, l’accord devrait être conclu d'ici deux ans. Son objectif : faciliter le commerce entre les deux zones. Mais d'ici là, les deux partenaires ont une série de barrières à franchir.

    Barrières culturelles, barrières politiques, barrières juridiques... Les handicaps sont nombreux de part et d'autre de l'Atlantique. Sans parler des barrières douanières que cet accord de libre-échange est censé faire disparaître. Mais c'est sans doute le chapitre le plus facile à conclure car les droits de douane sont assez limités entre les Etats-Unis et l'Union européenne. Côté américain, quelques bastions demeurent : le textile, imposé à 35%, les produits agricoles, notons que les fromages sont imposés à 100%. Mais c'est dans d'autres interstices que le protectionnisme américain est le plus efficace. Essentiellement dans les règlements. Savez-vous par exemple que le cabotage est autorisé sur les côtes américaines seulement pour les bateaux construits sur le sol américain ? Autre exemple de protectionnisme, cette fois assumé : le « buy american act ». Il oblige le gouvernement fédéral à privilégier l'achat de produits américains. Voilà le genre de forteresse que les Européens aimeraient voir tomber. En échange, les Américains, eux, aimeraient bien pouvoir vendre aux Européens leur maïs transgénique. Des perspectives irréalistes de ce côté-ci du Vieux continent. C'est dire à quel point la tâche qui incombe aux négociateurs apparaît abyssale.

    Ils se retrouvent aujourd'hui à Washington. Quel est l'ordre du jour de cette première session de discussion ?

    Pour l'instant, la page est presque blanche. Les négociateurs en chef, Igniacio Garcia Bercero pour l'Union européenne et Dan Mullaney pour les Etats-Unis, vont d'abord vérifier ensemble ce qui entre ou non dans le champ de leurs compétences. L'exception culturelle en est-elle bien exclue comme les Européens l'ont imposée ? Et les services financiers vont-ils figurer dans le mandat américain ? Cette question ne manque pas de sel car elle donne lieu à des solidarités assez inattendues entre Wall Street et Bruxelles. L’Union européenne comme les milieux américains de la finance souhaitent que cette activité soit incluse dans l'accord mais la Maison Blanche y est fermement opposée. L'administration Obama n'a pas confiance dans le régulateur européen. D'après Washingon, le ménage n'est pas terminé dans le bilan des banques européennes. Pas question de voir les établissements américains contaminés par le laisser-aller européen. Une fermeté qui agace au plus haut point les Européens et qui impatiente Wall Street. C'est un sujet au moins aussi sensible aux Etats-Unis que celui de l'industrie culturelle pour les Européens.

    Qui a le plus à gagner de cet accord de libre-échange ?

    A priori les Européens puisqu'ils espèrent ainsi améliorer leur balance commerciale, déjà excédentaire, avec les Etats-Unis, et surtout gagner un demi point de croissance. Mais ils apparaissent aujourd'hui trop divisés pour entamer sereinement les discussions. Sur les récentes révélations sur l'espionnage des Européens par leurs alliés américains comme sur l'exception culturelle, les différences d'approches ont été étalées au grand jour. Par ailleurs, le mandat européen a déjà fuité dans la presse tandis que la feuille de route américaine reste inconnue. Le cCngrès donnera son avis lors d'un vote sans doute avant la fin de l'année, on y verra alors plus clair sur les intentions des uns et des autres.

    En bref dans l'économie :

    A partir d'aujourd'hui, les employés de l'armée américaine sont au chômage technique

    A cause des restrictions budgétaires, 650 000 employés de l'US Army pointeront un jour par semaine au chômage. Cette inactivité sera obligatoire jusqu'au 21 septembre.

    En Egypte, le gouverneur de la Banque centrale en tournée dans le Golfe pour trouver de l'argent frais

    Isham Ramez s'est rendu hier dans les Emirats arabes unis pour demander une nouvelle aide financière aux pays du Golfe. Avec la destitution de Mohamed Morsi, l’Egypte traverse une nouvelle période de turbulences. La formation du nouveau gouvernement se fait attendre. Le gouverneur de la Banque centrale fait partie des personnalités citées comme éventuel Premier ministre.


    Sur le même sujet

    • Union Européenne / Etats-Unis

      Début des négociations sur le libre-échange entre l’UE et les Etats-Unis

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.