GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos

    La Chine sera le premier importateur de blé américain cette année

    Un champ de blé texan. Getty Images/DHuss

    La Chine importera plus de blé américain que le Nigeria et le Japon cette année.

    Après avoir pris une place prépondérante dans le commerce international du soja depuis dix ans, la Chine s'est mise à peser très sérieusement sur les bilans mondiaux du maïs. Et désormais, il faudra compter avec les importations chinoises de riz mais aussi... de blé. La tendance déjà observée l'an dernier se renforce.

    En 2012, les importations chinoises de blé jusque là négligeables avaient été multipliées par trois. Cette année, la récolte chinoise de blé, pourtant la plus importante au monde, a souffert des pluies : 8 % de la production est détruite ou trop abîmée pour être acceptée dans les réserves d'Etat.

    La Chine aura besoin du blé étranger pour l'alimentation humaine, mais aussi l'alimentation du bétail. De 3,7 millions de tonnes l'an dernier, les importations chinoises de blé pourraient monter à 9-10 millions de tonnes cette année, un sixième de la récolte de blé américaine, une paille !

    Ce sont d'ailleurs les Etats-Unis, premiers exportateurs de blé au monde, qui sont les plus sollicités par la Chine en ce moment, l'Argentine ayant restreint ses exportations pour préserver son marché intérieur, et l'Australie ayant des capacités limitées jusqu'au début de l'an prochain (elle a vendu 300 000 tonnes à la Chine).

    Depuis le mois d'avril, les Chinois ont acheté pas moins de 3 millions de tonnes de blé américain, la garantie qu'un blé de qualité rejoindra la Chine à un prix raisonnable... avant que les cours du blé ne remontent, sous l'effet de ces achats chinois ! La France n'a pour l'instant fourni que 200 000 tonnes à la Chine, ce qui chagrine les exportateurs, qui ont autant de blé français à écouler que l'an dernier, avec moins de débouchés, le Maghreb ayant de belles récoltes.

    Pour vendre davantage en Chine, il faudra baisser nos prix, confient certains. Car la concurrence cette année sera beaucoup plus rude avec, on le voit, le retour en force du blé américain et bientôt du blé russe sur le marché international.


    Sur le même sujet

    • Chronique des Matières Premières

      Le blé transgénique encore loin des assiettes

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Une production de blé record attendue en 2013 devrait calmer les cours

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      Argentine : la production de blé s'effondre au profit de l'orge

      En savoir plus

    • Chronique des Matières Premières

      L'étonnante stabilité des prix du blé depuis six mois

      En savoir plus

    1. 1
    2. 2
    3. 3
    4. ...
    5. Suivant >
    6. Dernier >
    Les émissions
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.