France : la finance solidaire se porte bien - RFI

 

  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU Couleurs tropicales
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU Couleurs tropicales
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Grand reportage
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Danse des mots
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
  12. 23:10 TU Autour de la question
  13. 23:30 TU Journal
  14. 23:33 TU Autour de la question
  15. 20:00 TU Journal
  16. 20:10 TU Couleurs tropicales
  17. 20:30 TU Journal
  18. 20:33 TU Couleurs tropicales
  19. 21:00 TU Journal
  20. 21:10 TU Grand reportage
  21. 21:30 TU Journal
  22. 21:33 TU Danse des mots
  23. 22:00 TU Sessions d'information
  24. 22:30 TU Sessions d'information
  25. 23:00 TU Journal
  1. 20:00 TU Journal
  2. 20:10 TU Couleurs tropicales
  3. 20:30 TU Journal
  4. 20:33 TU Couleurs tropicales
  5. 21:00 TU Journal
  6. 21:10 TU Autour de la question
  7. 21:30 TU Journal
  8. 21:33 TU Autour de la question
  9. 22:00 TU Sessions d'information
  10. 22:30 TU Sessions d'information
  11. 23:00 TU Journal
Urgent

Le ministère français des Affaires étrangères a activé un numéro d'urgence pour l'avion d'Air Algérie disparu : +33 1 43 17 56 46. Cinquante et un Français étaient à bord du vol AH 5017.

fermer

Aujourd'hui l'économie

France : la finance solidaire se porte bien

Myriam Berber
France : la finance solidaire se porte bien
 
Page d'accueil du site Finansol pour marquer la semaine «Finance solidaire» du 4 au 11 novembre 2013.

C’est le coup d’envoi, en France, de la semaine de la finance solidaire. Cette épargne différente attire de plus en plus de Français qui veulent investir leur argent dans des projets utiles et financer l'économie réelle.

 

La finance solidaire résiste à la crise. Les derniers chiffres de Finansol, un collectif des acteurs de ce secteur, le prouvent. Fin 2012, la finance solidaire a représenté 4,5 milliards d'euros en France, contre 2 milliards en 2009. Un succès qui s’explique par le développement de l'épargne salariale. Plus de 80% de ces encours ont, en effet, été réalisés par les salariés via leur dispositif d’épargne salariale solidaire, 10% par le biais d’un produit bancaire et 9% via un produit commercialisé par une entreprise solidaire.

Dans leur ensemble, il s'agit de produits d’épargne classique : livrets, SICAV, assurance-vie. La différence réside dans la finalité. Il faut dire que les dérives, ces dernières années, du système financier et des banques casino ont marqué les Français, qui veulent désormais donner du sens à leur épargne.

Des projets utiles

En investissant dans l'épargne solidaire, ils touchent bien sûr des intérêts, mais ils participent également à des projets utiles en finançant l’économie réelle. L'argent récolté bénéficie au logement social, à des entreprises d’insertion ou bien luttant contre l’exclusion.

Depuis sa création il y a onze ans, la finance solidaire a permis le financement de 100 000 entreprises et la création de 200 000 emplois. Elle a aussi permis de créer des logements sociaux, de financer le développement d'énergies renouvelables, l’agriculture biologique, ou bien encore de soutenir des projets de microcrédit dans des pays du Sud. Les premiers bénéficiaires de ces investissements sont, en effet, des associations. C'est le cas notamment d'Habitat et Humanisme, qui s'occupe de logement social, ou bien de France Active, qui aide la création d’entreprises.

1% de l'épargne financière nationale dans dix ans

Malgré ces très bons résultats, cela ne représente qu'une infime partie de l'épargne des Français. Seulement 0,12% de l'épargne financière totale en France, qui s’élève à près de 4 000 milliards d’euros. Et pourtant, une majorité de Français se disent prêts à investir dans l'épargne solidaire.

Pour les encourager, l'association Finansol propose d'élargir l'actuel LDD, le Livret de développement durable, et d'en réserver une part à des entreprises solidaires. L'objectif de Finansol est d'atteindre, dans une dizaine d'années, 1% de l'épargne financière nationale, soit près de 40 milliards d'euros.
 

Toujours en France, le rebond des immatriculations de voitures se poursuit

Le Comité des constructeurs français d’automobiles annonce une hausse de 2,6 % au mois d'octobre. Une embellie qui profite aux groupes français. Renault enregistre une hausse de près de 6 % de ses ventes. PSA Peugeot Citroën une hausse de plus de 4 %.

Nouvelle grève dans les mines sud-africaines. Il s'agit d'une mine de platine du groupe Northam.
 
Des dizaines de milliers de mineurs se sont mis en grève, aujourd’hui, à l'appel du Syndicat national des mineurs. Le NUM qui représente près des trois quarts des mineurs demande une hausse des salaires de 22 à 43 %.

 

 

 
 

 

 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

RFI dernières éditions

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.